vendredi 20 juillet 2018

Du Mercredi 18 au Samedi 21 Juillet

Profitez des Offres en Cours sur le jambon sec, la préparation longe de thon, les œufs de nos villages (25% en ticket Leclerc), les chaussons aux pommes Junior, la tropézienne, le b-ready nutella, le vin du Languedoc et le papier toilette soie

Édito
La liesse populaire, dimanche soir au Creusot, était encore plus forte qu’en 1998. Mais c’était logique. On vous explique pourquoi.
Et puis, que les aigris rangent leur venin…
Questions à...
Dans une interview fleuve à creusot-infos, Anibal Castano balance ses vérités. Sur son sport le basket, sur la Fédération, sur l'arbitrage.
Les rendez-vous d’été seront lancés avec un spectacle très aérien. Avec aussi un nouveau lieu de programmation.
L’adjoint à la culture parle aussi de l’avenir de L’arc, de la mise en lumière du Château de la Verrerie, du projet d’installations de boites à livres.
30 associations écologistes ont fait du lobbying auprès de lui, mais Rémy Rebeyrotte n’a pas cédé aux pressions vertes sur la question du glyphosate et il s’en explique avec force d’arguments.
Le Député n’hésite pas à prendre le désherbant pour nettoyer les arguments de la nouvelle gauche sur les dotations de fonctionnement. Il parle aussi des accords possibles pour les municipales de 2020 avec un peu d’engrais pour le Grand Autunois Morvan…
Sans oublier les poules, les abattoirs, le bois et les rodéos…
Écouter, lire, voir
> ECONOMIE > En Saône-et-Loire

LE CREUSOT : ALSTOM : L'unité Dispen déménage et se modernise

29/09/2017 16:23Lu 12122 foisImprimer l’article
Les amortisseurs sont essentiels à la qualité des bogues.
Alstom est connu et reconnu dans le monde entier pour son savoir faire et ses bogies conçus et construits dans les ateliers du Creusot. Ce que l'on sait moins par contre, c'est que le site dirigé par Frédéric Brun fabrique aussi des amortisseurs, développés dans les années 1980 en même temps que le déploiement des contrats des Trains à Grandes Vitesses (TGV).
Cette unité appelée Dispen se positionne sur une gamme Premium, qui regroupe aujourd'hui 30 personnes et huit interimaires sur le site du Creusot. Elle a pour mission de concevoir et de fabriquer (15 000 par an) des amortisseurs de grande qualité garantissant le meilleur comportement dynamique du train tout en assurant la sécurité et le confort des passagers. L'équipe du centre d'excellence Dispen offre également un service personnalisé à ses clients, par la formation à la maintenance, afin d'optimiser aussi les amortisseurs pour des problématiques bien spécifiques. Nous trouvons aujourd'hui les produits du Creusot sur les TGV, sur les tramways, sur les métros, bref sur pratiquement tous les types de bogies vendus à la SNCF et à la RATP, mais aussi à l'international, en Chine, en Angleterre, aux Etats-Unis, en Australie...  Il est vrai que la petite unité du Creusot est présente sur tous les continents, et est fière de fournir des amortisseurs neufs pour les bogies d'Alstom, tout en ayant une activité de maintenance et de vente d'amortisseurs à d'autres clients exploitant des matériels ferroviaires.

Pôle rechange et de maintenance

Au Creusot, les techniciens Dispen ne font pas que du montage d'amortisseurs. Certes l'activité de production en amortisseurs neufs est importante mais il faut savoir aussi que les Creusotins possèdent un pôle rechange et de maintenance d'amortisseurs qui regroupe l'ensemble des métiers propres à leur activité, avec de la gestion, une petite équipe commerciale, des études, des acheteurs....et assurément une équipe de production spécialisée.
C'est tout cela qui a été rappelé ce vendredi matin sur le site d'Alstom par le directeur Frédéric Brun, mais aussi par ses collaborateurs chargés plus spécialement de l'activité amortisseurs, lors de la réception donnée à l'occasion de l'inauguration du nouvel atelier Dispen.
Un atelier accueillant désormais l'activité après un déménagement et une réorganisation réalisés dans le cadre d'un projet d'aménagement global en cours sur le site. Un déménagement qui a demandé, il faut le signaler, un investissement de 600 000€, dont 450 000€ investis dans la rénovation de bâtiments et 150 000€ dans l'achat d'une toute nouvelle machine de serrage et montage des amortisseurs permettant de réduire de 12% le temps de montage d'un produit. On le voit l'aventure continue pour les experts de Dispen : « Dispen, c'est une longue histoire, mais aujourd'hui c'est une étape importante à notre échelle ! » a dit Frédéric Brun en conclusion.
JC PIERRAT

D'autres projets en cours

Ce déménagement qui a conduit le personnel Dispen à quitter leurs anciens locaux situés près de l'entrée du site pour l'atelier GA-Nord (ex Petite Mécanique), permettra dans quelques mois, au centre d'essais jouxtant les anciens locaux Dispen de se développer en surface et surtout techniquement, en accueillant notamment deux nouveaux bancs d'essais, permettant de maîtriser tous les process de bogies.

Réactions

David Marti maire du Creusot  : "Alstom investit et modernise son site, c'est bon signe..."

«Il y a ici avec ce nouvel atelier Dispen, une certaine modernisation du site puisque l'entreprise a investi 600 000€, spécifiquement pour les aménagements, mais aussi pour l'investissement en matériels. C'est bon signe. Lorsqu'une entreprise investit, soit pour une extension ou une transformation de ses ateliers engendrées par un développement de ses activités, c'est une très bonne nouvelle. L'entreprise Alstom démontre une nouvelle fois qu'elle regarde l'avenir plutôt de manière sereine, avec une actualité effectivement qui nous interpelle, mais avec des objectifs qui restent clairs. Je remarque également et c'est ce qui fait la spécificité de nos usines ici, c'est la haute technologie. On voit bien que sur les amortisseurs, il y a une technique que nous ne retrouvons pas ailleurs et notamment sur l'entretien et la maintenance des amortisseurs, qui ne se fait qu'ici, au Creusot...».

Kader opérateur : On fait bien moins d'efforts sur la nouvelle machine

Opérateur sur la nouvelle machine à serrer et à monter les amortisseurs qui pèsent quelques fois 40 kg, Kader est satisfait. « Avant on serrait l'écrou de fermeture de l'amortisseur à la main, avec une clé dynamométrique réglée sur 280 newton/mètre. Aujourd'hui c'est plus pratique, on fait bien moins d'efforts. La machine a elle seule réalise les trois manipulations qui étaient faites à la main auparavant, et sur des postes différents. L'automate de la machine est chargé de finaliser l'assemblage, de visser mais aussi d'assurer la mise en longueur. Tout ça était réalisé manuellement avant...»