mardi 18 juin 2019

Vente directe à la ferme du producteur au consommateur

Nouveauté : Yaourt au lait de chèvre (sucré, nature ou au miel)

Promotion du Jeudi 20 au Dimanche 23 Juin

3 yaourts achetés = 1 yaourt offert (dans la limite des quantités disponibles)

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Alors qu’ils sont officiellement présentés ce jeudi à 18h30, Jérémy Pinto lève un coin du voile sur les 42 rendez-vous programmés.
Nicolas Pommerel est le nouvel entraîneur du Creusot, avec Eric Catinot pour les arrières et Vuli pour les avants.
Avant la reprise de juin, Nicolas Pommerel se confie dans une interview à creusot-infos.
Le vice-président de la Région Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées est catégorique : «On sait s’adapter, on sait être réactif et on peut voter un financement exceptionnel»
Écouter, lire, voir
> ECONOMIE > En Saône-et-Loire

LE CREUSOT : Alstom encore plus «centre mondial d’excellence du bogie» avec son robot unique au monde dans le ferroviaire

04/04/2019 17:25Lu 6747 foisImprimer l’article
Ce nouvel équipement est le témoignage de la volonté d'Alstom d'ancrer l'excellence industrielle dans son atelier du Creusot.
Quand, en 1988, avait été inaugurée l’usine SNECMA au Creusot, les fonctions automatisées qui consistaient non seulement à convoyer les disques de turbine dans l’atelier avec des chariots filoguidés, mais aussi à les placer sur les tours, constituaient une véritable prouesse technologique. On parler alors d’usine du futur. On est d’ailleurs venu la voir du monde entier.
Depuis les robots sont devenus de plus en plus performants. De sorte qu’aujourd’hui il ne se trouve plus personne pour contester leurs implantations dans les ateliers. Non seulement ils enlèvent de la pénibilité au travail, mais ils ne sont plus accusés de systématiquement supprimer des emplois. Mais surtout ils offrent des gains de productivité. Et dans une compétition qui est de plus en plus mondiale, l’avenir des entreprises de nos pays en dépend face aux pays émergents. En décodé, si la France veut lutter face à la Chine et quelques autres, elle doit se donner les moyens de gagner la partie.
C’est pour répondre à toutes ces nouvelles exigences, tous ces enjeux, qu’ALSTOM a décidé d’investir 1 million d’euros dans un robot uniquement au monde dans l’industrie ferroviaire.
Ce robot a été installé au cœur de l’atelier de mécano-soudage d’Alstom au Creusot, dont il faut rappeler qu’il est le centre mondial d’excellence du bogie.
On se souvient que le 17 juillet 2018 avaient été inaugurés des bancs d’essais pour lesquels Alstom avait investi 2,5 million d’euros (cliquez ici pour lire l'article)
La modernisation des équipements se poursuit donc avec un robot dont Patrick Plichon, directeur de l’établissement, a pris plaisir à souligner qu’il va apporter des gains de production entre 10 et 20%. Soit, si tout va bien, sur un laps de temps donné, six bogies traités au lieu de cinq.
Alstom affiche donc ses ambitions pour affronter l’avenir, comme ses récents investissements pour le nouveau RER à Paris, ou par la cinquième génération de TGV – le TGV du futur (1) – le démontrent. En fait pour les besoins des bogies, qui sont les meilleurs du monde, ce sont trois robots qui ont été réalisés sur mesure. «Avec cette nouvelle installation robotisée, on peut travailler des pièces jusqu’à une tonne et cinq mètres de long».
Guillaume Le Treis, responsable au sein de l’établissement du Creusot, de l’industrialisation du soudage, a lui souligné ce jeudi à l’heure de l’inauguration, que deux années ont été nécessaires pour mener le projet à bien, à savoir «la robotisation de l’atelier de mécano soudure». Et d’ajouter : «Nous avons défini les meilleures solutions».
C’est le groupe Farman qui a été choisi pour être maître d’œuvre et le groupe Galilé a apporté son expertise industrielle.
Le génie civil au sein de l’atelier a été assuré par l’entreprise Alleyrat et c’est l’entreprise creusotine INELEC qui a été chargée de l’ensemble des installations et alimentations électriques.
«Aujourd’hui on peut montrer ce dont est capable d’industrie française et c’est de la très haute technologie. Au bénéfice de châssis de plus en plus performants avec notre savoir-faire, pour demeurer un acteur majeur à l’international», a jugé Guillaume Le Treis.
Eric Michoux, président du groupe Galilé a salué «la chance qui a été donnée à l’industrie française», de réaliser cet ensemble robotisée.
Des propos qui ne pouvaient que satisfaire Eric Boucourt, sous-préfet d’Autun, David Marti, maire du Creusot et Président de la Communauté Urbaine, la Sénatrice Marie Mercier, la «spécialiste» du dossier de la robotique au Sénat, le Sénateur Jean-Paul Emorine, ancien président de la commission des affaires économiques au Sénat, mais aussi Jean-Claude Lagrange, vice-président du Conseil Régional en charge de l’économie et de l’industrie.
La nouvelle installation, a précisé Pierre Bureau, directeur général de Farman, offre l’énorme avantage d’avoir deux flux. Ce qui permet au robot de travailler un bogie, pendant qu’un autre arrive ou repart…  «Le robot de soudage est le chef d’orchestre de l’installation» a encore ajouté Pierre Bureau, avant une démonstration captivante.
Alain BOLLERY
(Photos Alain BOLLERY et Jean-Claude PIERRAT)


Patrick Plichon


Guillaume Le Treis


Eric Michoux


Pierre Bureau