dimanche 17 décembre 2017
Sondage
Le Président de l'Assemblée Nationale a-t-il eu raison de sanctionner le «député Insoumis» François Ruffin ?
Questions à...
L’élue du Creusot est à la tête d’un budget important au Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté. Dans une interview elle trace les perspectives 2018. Avec un appel à projets pour l’ensemble des clubs.
Le vice-président du Conseil Régional Bourgogne - Franche-Comté en charge de l’économie a répondu à nos questions.
Elu d’opposition de droite à la Région, Gérard Gordat a répondu à nos questions sur son domaine de prédilection : L’agriculture.
> ECONOMIE > En Saône-et-Loire

LE CREUSOT : Adieu «Le Lion de Belfort», bonjour «La Smeralda»

01/12/2017 03:18Lu 10185 foisImprimer l’article
C’est une enseigne historique de la Place Schneider qui a baissé le rideau…Marjorie et Stéphane Mascaro ont racheté l’établissement pour y transférer La Smeralda.
C’était en Mai 2014, un journaliste d’un média dijonnais qui a depuis disparu des écrans radar, avait profité d’un reportage au Creusot pour se payer la ville et ses usines. Et avec ironie, il s’était alors demandé pourquoi une Brasserie du Creusot pouvait s’appeler le Lion de Belfort.
Si ce journaliste revient au Creusot au printemps 2018, il pourra constater que toutes les histoires ont un jour une fin. Et l’histoire du Lion de Belfort est aujourd’hui terminé. La Brasserie a baissé définitivement son rideau. Miloud Chabani peu enfin goûter au repos mérité par des années de travail. Il a vendu son établissement et l’enseigne du Lion de Belfort, qui était sans le vouloir un clin d’œil à cette Franche-Comté avec laquelle la Bourgogne est désormais unie, va disparaître.
Marjorie et Stéphane Mascaro, les toujours jeunes propriétaires de la pizzeria La Smeralda, route de Montcenis, ont en effet racheté le Lion de Belfort. «On va transférer notre restaurant», annoncent-ils dans un large sourire.
Un transfert pour développer leur activité. «Actuellement route de Montcenis, nous avons 44 couverts. Place Schneider, on va passer à 80 couverts en intérieur et 50 en terrasse».
Le calcul est facile, Marjorie et Stéphane vont pouvoir accueillir trois fois plus de clients. «Non seulement on va avoir plus d’espace, mais en plus il y a le parking de la Place Schneider»… Et pour le couple, c’est un véritable luxe, car route de Montcenis, où la pizzeria «La Smeralda» a été créée il y a 43 ans, le stationnement n’est pas la chose la plus simple.
Pour le reste, que les clients se rassurent : «La carte ne va pas changer. On va continuer de proposer la même cuisine et il y aura toujours les pizzas à emporter», assure Stéphane Mascaro. Et Marjorie continuera toujours de préparer son très bon Tiramisu, mais aussi la mousse au chocolat.
Mais elle ne fera pas tout… «On sera trois en cuisine et deux au service»… Des embauches sont donc programmées pour réussir le transfert. Il est encore un peu tôt pour donner une date précise. «Au plus tôt on espère ouvrir début février. Mais disons que ce sera entre Février et le début du printemps». Les nouveaux propriétaires veulent en effet réaliser de gros travaux pour agrandir la cuisine.
C’est donc au Creusot que le couple a décidé d’investir pour son avenir. Rappelons, ainsi que creusot-infos l’avait souligné dans les portraits de femmes le 8 mars, dernier, que Stéphane après avoir travaillé dans les stations et notamment à Chamonix, était revenu à La Rose des Vents, à Saint-Symphorien de Marmagne, où il avait grandi. Cela avant de décider de reprendre la Smeralda, après son mariage avec Marjorie.
Elle aime emmener son mari dans le Parc de la Verrerie pour marcher. «On va faire de la marche rapide, sans bâtons, trois par semaine. Ce parc est très bien. Le Creusot est une belle ville, avec tous ses parcs». Les deux seront à partir du printemps encore plus proche du Parc de la Verrerie. En attendant, ils ont déjà choisi ce qui sera le nouveau visuel de «La Smeralda».
Alain BOLLERY