jeudi 19 avril 2018

Pour son 1er Anniversaire
Votre boutique « JAD’OR » vous propose de bénéficier de -10% du Jeudi 19 au Samedi 21 Avril 2018

Édito
Personne n’a oublié que l’avocat de Nordahl Lelandais a défendu avec de la violence verbale son client en accusant les gendarmes et la justice dans l’affaire Maëlys.
Questions à...
Dans une interview à creusot-infos, le Président de l’Elan Chalon se confie après la belle victoire obtenue contre Strasbourg et avant la venue de Limoges.
Le Président de la FDSEA de Saône-et-Loire, en préambule au congrès de sa fédération, a accordé une interview à creusot-infos. Il parle sans langue de bois.
Écouter, lire, voir
> ECONOMIE > En Saône-et-Loire

INDUSTRIE : Framatome prévoit de recruter 300 personnes cette année au Creusot, à Chalon-sur-Saône et à Saint-Marcel.

23/01/2018 07:23Lu 12904 foisImprimer l’article

Exclusif

Après les années de crise, celles de l’embellissement. L’année 2018 restera comme une grande année pour la filière nucléaire en Saône-et-Loire. Framatome souhaite en effet recruter 300 personnes d’ici le mois de décembre.
D’importants investissements sont programmés.
ACTUALITE :
Patrick Merliaud : «Des emplois pérennes, c’est une charge pérenne»
Au départ il y avait Framatome et à l’arrivée, il y a toujours Framatome. La filière nucléaire est toujours là et bien là en Saône-et-Loire. Et si l’accident de Fukushima l’a ébranlée ; Si les attaques portées contre la Forge du Creusot, accusée de tous les maux, ont touché au cœur les établissements historiques en Saône-et-Loire, du Creusot à Saint-Marcel, l’horizon s’éclaircit au fil des mois.
Si le nucléaire civil est décrié par certains dans notre hexagone, de part le monde il continue d’être considéré comme une filière d’avenir. Et c’est bien au regard de cet environnement international favorable, qu’EDF s’est très fortement engagé pour pérenniser l’acteur principal du nucléaire civil en France en reprenant le contrôle d’AREVA.

Une opération de recrutement exceptionnelle


On le sait, et cela avait été une exclusivité creusot-infos, EDF a choisi de redonner le nom de Framatome à ses établissements implantés en Saône-et-Loire. Mais au-delà d’un nom qui est dans l’ADN du nucléaire civil, ce sont surtout des moyens supplémentaires humains qui vont être donnés aux trois établissements de Framatome en Saône-et-Loire.
En effet, selon des informations confirmées, Framatome prévoit de recruter 300 personnes en Saône-et-Loire d’ici la fin de l’année.
Une opération de recrutement exceptionnelle, parmi les plus importantes de ces dix dernières années en Saône-et-Loire. Mais le chiffre de 300 n’est pas spécialement pour surprendre. En effet, les différents établissements ont besoin de moyens humains pour faire face aux nouveaux enjeux de développement du nucléaire.
Si la répartition des recrutements n’est pas précisée, il est acquis qu’ils profiteront aux trois établissements Framatome Le Creusot, Framatome Chalon et Framatome Saint-Marcel.
Interrogé par creusot-infos, Patrick Merliaud, élu CFDT, avait estimé qu’au minimum il convenait de recruter 30 personnes en production au Creusot. Un chiffre qui sera donc revu à la hausse.

18,5 millions d’euros d’investissements en 2 ans


Il est utile de préciser que c’est bien pour tous les corps de métiers de ses établissements de Saône-et-Loire que Framatome escompte recruter à l’horizon de la fin de l’année 2018.
Les 300 recrutements annoncés sont donc de nature à confirmer le statut de Framatome comme premier employeur de Saône-et-Loire, avec en ce mois de janvier un effectif total de 2150 personnes, supérieur à celui de FPT à Bourbon-Lancy.
Outre les recrutements annoncés, Framatome, interrogé par creusot-infos, annonce 11 millions d’investissements au Creusot en 2018. Ils s’ajouteront aux 7,5 millions réalisés en 2017. C’est là encore une enveloppe d’investissement très élevée, parmi les plus importantes ces dernières années en Saône-et-Loire.
Alain BOLLERY

David Marti : «Pour l’économie locale c’est très bon»
Maire du Creusot et président de la Communauté Urbaine, David Marti est évidemment ravi des intentions de Framatome en matière de recrutement : «C’est un juste retour du travail accompli par tous les acteurs du dossier, de l’Etat à EDF en passant par les employés des établissements qui ont affronté la crise avec courage. Des objectifs ambitieux en terme de sécurité et de qualité avaient été fixé. L’entreprise, désormais Framatome, a su respecter toutes les exigences, en misant sur ses compétences, son savoir-faire, au service de la qualité de ses produits. Les 300 recrutements souhaités c’est évidemment une bonne perspective, avec assurément des effets d’entraînements. Je pense à Industeel qui aura le bénéfice des commandes à venir. Mais l’emploi industriel c’est aussi des services et on sait que les emplois industriels sont durables. Pour l’économie locale, c’est donc très bon».
A.B.

Patrick Merliaud : «Des emplois pérennes, c’est une charge pérenne»
«On ne peut que se féliciter de cette volonté affichée et annoncée par la direction de recruter 300 personnes. Mais il faut voir s’il s’agit de créations ou de remplacements. Et la CFDT est claire : C’est bien d’embaucher, mais il faut aussi former. Et il faut de l’expérience pour apprendre les métiers aux nouveaux, par exemple à la Forge.
Nous allons donc rester vigilants. Nous avons toujours dit que Framatome Le Creusot c’est au minimum 270 salariés. Mais il faut des lingots en face.
Il faudrait porter l’effectif à 290 personnes pour assurer le programme anglais, mais aussi les remplacements de générateurs de vapeur.
Mais à la CFDT on se dit aussi que si la direction de Framatome annonce vouloir recruter 300 personnes en Saône-et-Loire, c’est aussi et on l’espère, parce qu’elle a des commandes en vue et c’est une bonne nouvelle. Il ne faut pas lâcher le morceau. Il faut que l’Etat rapidement annonce les commandes dont la France a besoin pour produire son électricité.
Pour réussir, il faut trois choses : Recruter des personnes en CDI, les former à nos métiers très spécifiques et avoir de la visibilité à terme pour ce qui concerne la charge de travail.
En ce sens, le rapport Brechet disait qu’il fallait pérenniser les postes de travail. Et la condition d’emplois pérennes, c’est bien une charge pérenne. En ce sens, il faut vraiment tourner la page AREVA. Les intentions d’EDF et de la nouvelle direction de Framatome vont dans le bon sens».
Recueilli par Alain BOLLERY

Sans doute une cinquantaine d’emplois au Creusot
Si Framatome n’a pas donné de chiffres précis quant à la répartition précise des nouveaux emplois, il semble acquis que la moitié concerneront le site de Chalon sur Saône et que l’autre moitié se répartira entre Saint-Marcel et Le Creusot. Framatome Le Creusot pourrait ainsi voir ses effectifs se renforcer d’une petite cinquantaine de personnes.
A.B.