vendredi 17 août 2018

Du Mardi 14 au Samedi 18 Août

Profitez des Offres en cours sur les merguez, les chipolatas, la mini faisselle Girard, le pavé aux céréales, le flan pruneaux ou griottes, les fruit shoot grenadine, la crème de douche Nivea, la douche bio et la clé USB Lexar (50% en remise immédiate)

Retrouvez les Bons Plans haricots verts, cœur de sucrine, prune, kiwi hayward,

Sans oublier les offres de rentrée avec jusqu’à -40% en remise immédiate

Édito
Ce n’est pas parce que son retentissement médiatique est énorme, qu’il convient de juger l’affaire Benalla à un niveau supérieur de ce qu’elle est et représente.
De quoi s’agit-il ? D’un garçon qui s’est cru plus fort que les autres, parce qu’il était dans le cercle rapproché de la sécurité du Président de la République.
Questions à...
Après une saison à découvrir l’élite du basket français, Bastien Pinault a une formidable envie de voir l’Elan Chalon réussir un bel exercice 2018-2019. Il a envie de tout casser et il veut consentir les efforts nécessaires pour doubler son temps de jeu.
Au soir d’une journée d’intégration où il a emmené ses joueurs sur une falaise avant de les faire marcher sur l’eau, juste avant la reprise officielle de l’entraînement, l’entraîneur de l’Elan Chalon a répondu à nos questions.
Dans une interview fleuve à creusot-infos, Anibal Castano balance ses vérités. Sur son sport le basket, sur la Fédération, sur l'arbitrage.
Écouter, lire, voir
> ECONOMIE > En Saône-et-Loire

ECONOMIE : Ce que Michel Suchaut, président de la CCI et son directeur Pascal Leyes, ont dit à Bruno Le Maire

17/07/2018 08:30Lu 1683 foisImprimer l’article
Le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Saône-et-Loire et le Ministre de l’Economie, se sont parlés les yeux dans les yeux.
«On ne peut pas trop facturer les porteurs de projet».
«Nous avons besoin d’un minimum de ressources fiscales pour tout ce qui est finalement du service public»
Les chiffres, forcément, inquiètent dans les chambres de commerces et d’industrie. Le Gouvernement a décidé de diminuer l’enveloppe qui leur est allouée de 800 millions. Déjà 150 millions en 2018 et ce sera de toute façon 100 millions en 2019.
Alors oui ça grince. En ce sens, la rencontre que Bruno Le Maire a souhaitée, lundi après-midi, avec Michel Suchaut, le Président de la CCI de Saône-et-Loire a été un moment de vérité. Accompagné de Pascal Leyes, directeur général de l’instance consulaire, Michel Suchaut a dit beaucoup de choses au Ministre. La rencontre n’était pas ouverte à la presse, mais à la sortie le Président de la CCI et son directeur se sont confiés à creusot-infos.
«En Saône-et-Loire, nous dépendons à 28% des dotations de l’Etat. Le reste de nos recettes c’est le fruit de notre travail, de nos prestations qui sont facturées. Oui nous sommes conscients que chacun doit faire des efforts, mais nous avons attiré l’attention du Ministre sur la brutalité. Je lui ai dit, «attention à la casse sociale». On ne passe pas de 5 millions à 2,5 millions de dotations d’un coup de baguette magique», souligne Michel Suchaut.
«Nous avons une masse salariale de 7,5 millions d’euros, avec une dotation fiscale de 5 millions. La question, c’est comment on fait», complète Pascal Leyes.
«Nous sommes la CCI de Bourgogne – Franche-Comté la plus importante. Le territoire qui est composé de villes moyennes est aussi rural. Ce territoire a besoin de nous. On nous demande de facturer, mais comment on fait ? Il faut bien comprendre que ce sont surtout les grandes entreprises qui payent. Pour une petite entreprise, le coût annuel est de 80 euros. On ne va pas la passer à 300 euros comme ça», ajoute Michel Suchaut.
La CCI veut bien développer des activités commerciales, et elle prévoit des annonces sur les dossiers transport, formation et infrastructure, mais elle s’interroge : «Comment les collaborateurs vont suivre ?»
Et puis Michel Suchaut est catégorique : «Quand par exemple Michel Andres notre conseiller auprès des restaurant et de l’hôtellerie se met à la disposition d’un porteur de projet, c’est bien pour un développement économique qui ensuite profite à l’Etat avec les recettes générées. Et on ne peut pas trop facturer les porteurs de projet».
Pour avaler la pilule, la CCI entend cependant développer son appui aux entreprises, être encore plus performante sur la formation initiale. «Mais je l’ai dit au Ministre, nous avons besoin d’un minimum de ressources fiscales pour tout ce qui est finalement du service public. Il nous a répondu qu’il y aura peut-être une évolution, une inflexion fin 2019. Car il est vraiment conscient de l’utilité des CCI», assure Michel Suchaut. Le message est donc passé ! Enfin c’est que la CCI 71 espère.
Alain BOLLERY