lundi 23 septembre 2019

Jeudi 26 Septembre

à l’Arche Cœur de Ville au Creusot, en partenariat avec la Ville, la Police Municipale, La Police Nationale et les pompiers

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Dans une longue interview, le Président de la Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire parle sans langue de bois. Il dresse des constats, accuse, parle de l’avenir et de la question de l’eau.
Il dénonce la main des Etats-Unis derrière des associations agissantes.
«On a des agriculteurs sur les rotules et petit à petit ils se désespèrent»
«Désolé, mais un steak végétal, ce n’est pas une entrecôte»
«On met de l’eau potable dans les toilettes et on n’est pas capable de répondre à l’abreuvement de nos animaux»
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

SANTE : La Bourgogne – Franche-Comté lance une carte d’identité pour les diabétiques

06/03/2019 15:45Lu 3655 foisImprimer l’article
C’est une première en Bourgogne – Franche-Comté. La carte iDiabète sera d’abord distribuée gratuitement. 150.000 diabétiques sont concernés dans la Région.
Il fallait y penser. La Bourgogne – Franche-Comté l’a fait ! D’ici quelques semaines, tous les diabétiques de la Région auront une carte IDiabète. Ils sont 150.000. Et pour eux, il y aura un avant et un après. C’est une première en France et sans doute en Europe.
L’idée est assez simple. En cas de malaise, mais pas seulement, un pompier, une infirmière, un secouriste, un urgentiste, peut avoir accès directement à la carte d’identité du diabète du patient, via sa carte et surtout via un QR code. Efficacité garantie.
Sur la carte, toutes les informations médicales importantes et vitales. Le type de diabète, les noms des médicaments et leur posologie. Pour qu’un professionnel de santé puisse disposer en amont des bonnes informations pour plus d’efficacité en terme de santé.
On l’aura compris, la carte IDiabète n’est pas un dossier médical, mais une véritable carte d’identité du diabète, accessible sur smartphone à partir d’un QR code.
Fabriquée en circuit court, à Dijon, par l’entreprise CEN, au cœur de la Bourgogne – Franche-Comté, elle permet «de conjuguer santé et numérique pour arriver à un projet tout à fait innovant. Ce n’est pas qu’un produit technologique, c’est un produit collaboratif», a souligné avec Force Marie-Guite Dufay. Ce mercredi après-midi au siège de la Région à Dijon, elle a présidé la conférence de presse de présentation de cette innovation «made in Bourgogne – Franche-Comté» qui devrait être adoptée dans toutes les régions, car évidemment elle n’a pas vocation à être réservée uniquement aux diabétiques de Bourgogne – Franche-Comté.
Pour François-André Allaert qui dirige l’entreprise CEN, «on pouvait faire mieux qu’un petit bout de carton dans une poche. L’idée était de s’en servir avec un smartphone, avec un QR Code, pour avoir les informations sur son diabète, son traitement».
Quand on change de médecin, on a besoin d’informations précises. C’est ce qu’a précisé Robert Ivray, ancien président des diabétiques de Bourgogne – Franche-Comté qui a travaillé à l’avènement du projet.
Marie-Guite Dufay ne cache pas son plaisir devant «une innovation en marche, avec le numérique appliqué à la santé». Dans un premier temps, la carte sera gratuite pour des milliers de patients. Ensuite on ira vers un coût le plus minime possible. A savoir moins de dix euros par an, pour son renouvellement.
Pour Agnès Barondeau-Leuret, urgentiste, cette carte est comme un sésame : «On travaille sur la prise en charge des patients. Ils arrivent souvent la nuit, le week-end, et on a peu d’informations». Françoise Giroud Balleydier, de l’association des diabétologues endocrinologues, «sur cette carte il y a tout. Les urgentistes ne peuvent qu’informer.
Ce sont des informations pour les urgences, les médecins, les pharmaciens, pour les patients et donc à leur service. C’est super chouette».
Pour ce dispositif unique, le Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté a investi 100.000 euros. Une goutte d’eau pour une grande cause.
Alain BOLLERY

www.idiabete.fr