lundi 22 juillet 2019

Au départ de Bourbon-Lancy, les échappées à vélo offrent des parcours sympas pour tous les amateurs de la petite reine et de VTT. Découvrez deux bons plans !

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
A l’occasion d’une conférence de presse, le patron du groupe SOS, dont dépend l’Hôtel-Dieu du Creusot, a affirmé plusieurs choses.
«L’établissement génère un déficit. On l’a repris pour le redresser et le relancer».
«On a dit oui pour une aide-soignante de jour et «on verra» à la fin de l’année pour une infirmière de nuit».
«Pour l’urologie, la nouvelle organisation sera sans coût supplémentaire pour les patients».
«On va avoir un bon énorme en terme de prise en charge des patients».
«Le robot sera utilisé en urologie, en chirurgie digestive et en chirurgie gynécologique».
Vice-présidente du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté en charge des sports, Laëtitia Martinez, dans une interview, évoque l’engouement autour du mondial féminin. Elle souligne aussi la démarche volontariste de la Région pour développer et soutenir le sport féminin.
Juste avant les grandes vacances, le Maire David Marti se livre dans une interview à creusot-infos.
Gratuité à la piscine, espace Simone Veil, démolition de la Tour Jaurès et à la Molette, travaux dans les équipements sportifs… Le Maire répond aussi au sujet des prochaines élections municipales.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

SANTE : La Bourgogne – Franche-Comté lance une carte d’identité pour les diabétiques

06/03/2019 15:45Lu 3519 foisImprimer l’article
C’est une première en Bourgogne – Franche-Comté. La carte iDiabète sera d’abord distribuée gratuitement. 150.000 diabétiques sont concernés dans la Région.
Il fallait y penser. La Bourgogne – Franche-Comté l’a fait ! D’ici quelques semaines, tous les diabétiques de la Région auront une carte IDiabète. Ils sont 150.000. Et pour eux, il y aura un avant et un après. C’est une première en France et sans doute en Europe.
L’idée est assez simple. En cas de malaise, mais pas seulement, un pompier, une infirmière, un secouriste, un urgentiste, peut avoir accès directement à la carte d’identité du diabète du patient, via sa carte et surtout via un QR code. Efficacité garantie.
Sur la carte, toutes les informations médicales importantes et vitales. Le type de diabète, les noms des médicaments et leur posologie. Pour qu’un professionnel de santé puisse disposer en amont des bonnes informations pour plus d’efficacité en terme de santé.
On l’aura compris, la carte IDiabète n’est pas un dossier médical, mais une véritable carte d’identité du diabète, accessible sur smartphone à partir d’un QR code.
Fabriquée en circuit court, à Dijon, par l’entreprise CEN, au cœur de la Bourgogne – Franche-Comté, elle permet «de conjuguer santé et numérique pour arriver à un projet tout à fait innovant. Ce n’est pas qu’un produit technologique, c’est un produit collaboratif», a souligné avec Force Marie-Guite Dufay. Ce mercredi après-midi au siège de la Région à Dijon, elle a présidé la conférence de presse de présentation de cette innovation «made in Bourgogne – Franche-Comté» qui devrait être adoptée dans toutes les régions, car évidemment elle n’a pas vocation à être réservée uniquement aux diabétiques de Bourgogne – Franche-Comté.
Pour François-André Allaert qui dirige l’entreprise CEN, «on pouvait faire mieux qu’un petit bout de carton dans une poche. L’idée était de s’en servir avec un smartphone, avec un QR Code, pour avoir les informations sur son diabète, son traitement».
Quand on change de médecin, on a besoin d’informations précises. C’est ce qu’a précisé Robert Ivray, ancien président des diabétiques de Bourgogne – Franche-Comté qui a travaillé à l’avènement du projet.
Marie-Guite Dufay ne cache pas son plaisir devant «une innovation en marche, avec le numérique appliqué à la santé». Dans un premier temps, la carte sera gratuite pour des milliers de patients. Ensuite on ira vers un coût le plus minime possible. A savoir moins de dix euros par an, pour son renouvellement.
Pour Agnès Barondeau-Leuret, urgentiste, cette carte est comme un sésame : «On travaille sur la prise en charge des patients. Ils arrivent souvent la nuit, le week-end, et on a peu d’informations». Françoise Giroud Balleydier, de l’association des diabétologues endocrinologues, «sur cette carte il y a tout. Les urgentistes ne peuvent qu’informer.
Ce sont des informations pour les urgences, les médecins, les pharmaciens, pour les patients et donc à leur service. C’est super chouette».
Pour ce dispositif unique, le Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté a investi 100.000 euros. Une goutte d’eau pour une grande cause.
Alain BOLLERY

www.idiabete.fr