mardi 18 décembre 2018

Jouez et tentez de gagner du 10 au 28 Décembre

1 Vélo – 1 Séjour à Disneyland Paris et 10 Bons d’achat

Nombreuses boutiques ouvertes Les Lundis et Dimanches du 9 au 31 Décembre

Édito
Le Président de la République ne peut pas se permettre un quatrième samedi aussi catastrophique pour l’image de la France. Il doit prendre les bonnes décisions et envoyer des signes aux Gilets Jaunes. Il n’a pas d’autre choix.
Questions à...
Le vice-président du Conseil Régional se confie sur le budget économie de la Bourgogne-Franche-Comté, «au service de toutes les entreprises».
A l'occasion de la session plénière du Conseil Régional consacrée au vote du budget, la question des transports, le premier budget de la Région, a constitué une grande par des discussions. Et l'imbroglio autour de la hausse des tarifs des abonnements TER a masqué d'autres aspect de cette compétence. Le premier vice-président revient pour Infos-Dijon sur les grandes lignes du budget transports 2019 de la Bourgogne-Franche-Comté.

Exclusif

C’est un visiteur de marque qui, dimanche après-midi, a découvert l’exposition «Pierre Soulages, Le Creusot» à L’arc.
Président de l’institut national de la recherche agronomique, Philippe Mauguin s’est confié à «creusot-infos».
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

NUCLEAIRE : Bruno Le Maire renvoie au Président de la République les annonces pour de nouveaux EPR

16/07/2018 17:10Lu 1852 foisImprimer l’article
Le Ministre de l’Economie est personnellement pour le développement de la filière nucléaire, «une filière d'avenir». Mais il estime que c’est une décision qui appartient au Président de la République
Quand on est Ministre de l’Economie et que l’on effectue une visite en Saône-et-Loire, entre Le Creusot et Chalon-sur-Saône, les deux mamelles du nucléaire civil français, forcément on peut s’attendre à être interrogé sur la question.
Il y a 11 ans et quelques jours, alors qu’il était venu au Creusot, Nicolas Sarkozy, président de la République avait annoncé un deuxième EPR pour Penly en Normandie. Une annonce pas vraiment suivie d’effets. Ni par Nicolas Sarkozy, ni par François Hollande qui lui a succédé. Ce dernier annonçant la fermeture de la centrale de Fessenheim et refilant la «patate chaude» à son successeur.
En visite au Creusot, alors qu’il était Ministre de l’Economie, Emmanuel Macron avait annoncé que le nucléaire était une filière d’avenir en France. Alors qu’il a été élu Président de la République, les salariés de Framatome en Saône-et-Loire, c’est-à-dire des établissements du Creusot et de Saint-Marcel, attendent des commandes.
Certes ils travaillent actuellement sur les centrales anglaises, mais ils ont besoin de lisibilité et de perspectives d’avenir.
Pour Bruno Le Maire «la filière nucléaire a un avenir en France, même si elle a du mal à recruter car il faut des compétences pointues. Un soudeur dans le nucléaire, c’est cinq ans de formation», a tout d’abord jugé le Ministre.
Et de poursuivre : «Il n’y a aucune opposition entre le développement des énergies renouvelables et le nucléaire. Au contraire, il y a même une complémentarité. Le nucléaire reste et doit demeurer le socle de la production d’électricité en France. Car d’une part elle offre des prix bas aux consommateurs, qu’elle n’est pas victime de ruptures de charge».
Le Ministre est catégorique : «Arrêtons d’opposer le nucléaire et le renouvelable. Actuellement nous développons six champs éoliens offshore. EDF développe de l’énergie solaire. Nous avons tout pour être une grande nation mondiale des énergies renouvelables. Mais nous devons maintenir notre indépendance énergétique avec un prix accessible pour le consommateur, grâce au nucléaire».
Pour ce qui concerne l’annonce de nouveaux EPR, Bruno Le Maire assure : «C’est au Président de la République de l’annoncer. Et c’est un choix souverain».
En attendant, ce mercredi 18 juillet, Framatome a convié les médias nationaux au Creusot pour montrer que l’établissement a retrouvé son activité, mais aussi montrer les nouveaux investissements qui ont été réalisés».
Alain BOLLERY
et Nicolas AKCHICHE