samedi 20 octobre 2018

Du Vendredi 19 Octobre au Jeudi 1er Novembre

Chrysanthèmes, cyclamens, santolines, bruyères, compositions florales, fleurs artificielles… pensez à réserver (et faire garder) vos plantes

Nettoyage et fleurissement de vos tombes sur devis

Questions à...
C’est officiel, le conseiller régional de Bourgogne - Franche-Comté et Président des Amis de la Rose à Frangy, quitte lui aussi le Parti Socialiste pour créer un autre parti avec Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann, qu’il accueillera en Saône-et-Loire en novembre.
Denis Lamard s’explique dans une interview à creusot-infos.
Le directeur de l’Hôtel-Dieu du Creusot fait le point dans une longue interview. Il répond aux syndicats qui ont manifesté, fait le point sur le fonctionnement de l’établissement, dont l’activité se développe.
«Pour toutes nos équipes, il n’y aura jamais assez de patients».
«En Saône-et-Loire, les plus grandes difficultés ne se concentrent pas au Creusot»
«1,2 million d'euros d'investissements sont engagés»
Après le match perdu contre Villeurbanne et après les 5 premiers matchs, Dominique Juillot dresse un premier bilan dans une longue interview.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

NUCLEAIRE : Bruno Le Maire renvoie au Président de la République les annonces pour de nouveaux EPR

16/07/2018 17:10Lu 1815 foisImprimer l’article
Le Ministre de l’Economie est personnellement pour le développement de la filière nucléaire, «une filière d'avenir». Mais il estime que c’est une décision qui appartient au Président de la République
Quand on est Ministre de l’Economie et que l’on effectue une visite en Saône-et-Loire, entre Le Creusot et Chalon-sur-Saône, les deux mamelles du nucléaire civil français, forcément on peut s’attendre à être interrogé sur la question.
Il y a 11 ans et quelques jours, alors qu’il était venu au Creusot, Nicolas Sarkozy, président de la République avait annoncé un deuxième EPR pour Penly en Normandie. Une annonce pas vraiment suivie d’effets. Ni par Nicolas Sarkozy, ni par François Hollande qui lui a succédé. Ce dernier annonçant la fermeture de la centrale de Fessenheim et refilant la «patate chaude» à son successeur.
En visite au Creusot, alors qu’il était Ministre de l’Economie, Emmanuel Macron avait annoncé que le nucléaire était une filière d’avenir en France. Alors qu’il a été élu Président de la République, les salariés de Framatome en Saône-et-Loire, c’est-à-dire des établissements du Creusot et de Saint-Marcel, attendent des commandes.
Certes ils travaillent actuellement sur les centrales anglaises, mais ils ont besoin de lisibilité et de perspectives d’avenir.
Pour Bruno Le Maire «la filière nucléaire a un avenir en France, même si elle a du mal à recruter car il faut des compétences pointues. Un soudeur dans le nucléaire, c’est cinq ans de formation», a tout d’abord jugé le Ministre.
Et de poursuivre : «Il n’y a aucune opposition entre le développement des énergies renouvelables et le nucléaire. Au contraire, il y a même une complémentarité. Le nucléaire reste et doit demeurer le socle de la production d’électricité en France. Car d’une part elle offre des prix bas aux consommateurs, qu’elle n’est pas victime de ruptures de charge».
Le Ministre est catégorique : «Arrêtons d’opposer le nucléaire et le renouvelable. Actuellement nous développons six champs éoliens offshore. EDF développe de l’énergie solaire. Nous avons tout pour être une grande nation mondiale des énergies renouvelables. Mais nous devons maintenir notre indépendance énergétique avec un prix accessible pour le consommateur, grâce au nucléaire».
Pour ce qui concerne l’annonce de nouveaux EPR, Bruno Le Maire assure : «C’est au Président de la République de l’annoncer. Et c’est un choix souverain».
En attendant, ce mercredi 18 juillet, Framatome a convié les médias nationaux au Creusot pour montrer que l’établissement a retrouvé son activité, mais aussi montrer les nouveaux investissements qui ont été réalisés».
Alain BOLLERY
et Nicolas AKCHICHE