lundi 23 juillet 2018

Des voitures garanties par un constructeur c'est une assurance d'une très très bonne occasion. Profitez les prix barrés sur les occasion du lion de Peugeot Nomblot.

Édito
La liesse populaire, dimanche soir au Creusot, était encore plus forte qu’en 1998. Mais c’était logique. On vous explique pourquoi.
Et puis, que les aigris rangent leur venin…
Questions à...
Dans une interview fleuve à creusot-infos, Anibal Castano balance ses vérités. Sur son sport le basket, sur la Fédération, sur l'arbitrage.
Les rendez-vous d’été seront lancés avec un spectacle très aérien. Avec aussi un nouveau lieu de programmation.
L’adjoint à la culture parle aussi de l’avenir de L’arc, de la mise en lumière du Château de la Verrerie, du projet d’installations de boites à livres.
30 associations écologistes ont fait du lobbying auprès de lui, mais Rémy Rebeyrotte n’a pas cédé aux pressions vertes sur la question du glyphosate et il s’en explique avec force d’arguments.
Le Député n’hésite pas à prendre le désherbant pour nettoyer les arguments de la nouvelle gauche sur les dotations de fonctionnement. Il parle aussi des accords possibles pour les municipales de 2020 avec un peu d’engrais pour le Grand Autunois Morvan…
Sans oublier les poules, les abattoirs, le bois et les rodéos…
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

Laëtitia Martinez : «La Région va lancer un «appel à projets» pour tous les clubs de sport»

16/12/2017 03:15Lu 11979 foisImprimer l’article
L’élue du Creusot est à la tête d’un budget important au Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté. Dans une interview elle trace les perspectives 2018. Avec un appel à projets pour l’ensemble des clubs.
Comment évolue le budget des sports ?
«Ce budget approche les 9 millions d’euros et il traduit la convergence des dispositifs que l’on pouvait trouver en Bourgogne et en Franche-Comté, avec un travail dans la concertation avec les acteurs du sport».

A quoi donnera-t-il la priorité en 2018 ?
«Elles sont multiples. Il y a bien évidemment le soutien au sport de haut niveau. Mais il veut aussi être au service de la cohésion sociale. Un appel à projets va être lancé. Il sera ouvert à l’ensemble des clubs de la région et il pourra voir des aides attribuées jusqu’à 5000 euros».

Pour quels objectifs ?
«Tout ce qui est en rapport avec la citoyenneté, comme par exemple le développement de la pratique féminine, mais aussi du handisport, ou encore des actions dans les quartier. Les projets pourront concerner des actions des clubs dans le temps, mais aussi des manifestations. Nous voulons aussi aborder la question de la formation et de l’emploi dans le sport. Donner plus de lisibilité, en travaillant avec l’ensemble des acteurs».

Et en matière d’investissements ?
«Depuis la loi NOTRE l’immobilier du CREPS est du ressort de la Région. 500.000 euros sont inscrits par an pour moderniser la structure, la mettre à niveau, notamment dans la perspectives des Jeux Olympiques de 2024».

Justement comment comptez-vous voir la Région pour les J.O. de 2024 ?
«Il ne faut pas se précipiter. Nous sommes dans le temps des études avec la volonté d’avoir une proposition qui concernera l’ensemble du territoire, mais surtout en étant en adéquation avec ce que souhaitent les fédérations».

Le sol de la Halle des Sports au Creusot, propriété de la Région, sera-t-il refait en 2018 ?
«Le calendrier n’est pas arrêté. C’est à l’étude, mais cela viendra. En 2018, nous allons investir 600.000 euros pour le tremplin du Stade d’Etupes qui accueillera les J.O. de la Jeunesse de Lausanne. Nous allons aussi intervenir dans la rénovation des piscines. Au Creusot, pour 500.000 euros, mais aussi à Nevers et sans doute à Toucy, près d’Auxerre dans l’Yonne».

Vous êtes aussi engagée sur la place des femmes. Sur quelle ligne ?
«Il faut agir à tous les niveaux. Par exemple, quand une collectivité investit dans un équipement sportif, il faut aussi penser à la pratique sportive des femmes. C’est structurant et cela doit être pris en compte dans les contrats régionaux. Il faut aussi œuvrer à ce qu’il y ait plus de femmes dirigeantes dans le sport».
Recueilli par Alain BOLLERY
(Photo Nicolas RICHOFFER)