jeudi 19 avril 2018

Pour son 1er Anniversaire
Votre boutique « JAD’OR » vous propose de bénéficier de -10% du Jeudi 19 au Samedi 21 Avril 2018

Édito
Personne n’a oublié que l’avocat de Nordahl Lelandais a défendu avec de la violence verbale son client en accusant les gendarmes et la justice dans l’affaire Maëlys.
Questions à...
Dans une interview à creusot-infos, le Président de l’Elan Chalon se confie après la belle victoire obtenue contre Strasbourg et avant la venue de Limoges.
Le Président de la FDSEA de Saône-et-Loire, en préambule au congrès de sa fédération, a accordé une interview à creusot-infos. Il parle sans langue de bois.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

Gérald Gordat : «Les circuits courts ne vont pas tout résoudre»

15/12/2017 03:14Lu 1549 foisImprimer l’article
Elu d’opposition de droite à la Région, Gérard Gordat a répondu à nos questions sur son domaine de prédilection : L’agriculture.
Quel regard portez-vous sur la politique de la Région en matière agricole ?
«Je suis tenté de dire : Quid des audits qui ont été menés. La Région n’a pas géré les agriculteurs qui sont en souffrance, pas réglé les problèmes de trésorerie. Alors que beaucoup d’agriculteurs souffrent, ils manquent d’accompagnement sur le plan moral».

Le budget 2018 répond-ils à vos attentes ?
«En Bourgogne – Franche-Comté, ce sont 4,67 euros par habitant qui sont investis. En Rhône-Alpes Auvergne c’est 7,70 euros. Alors même s’il y a eu un effort de fait en Bourgogne – Franche-Comté, on est loin de certaines régions. On est à 14 millions au total. On aurait pu être à 22 millions si on s’était engagé comme en Rhône-Alpes Auvergne. On peut dire que c’est beaucoup, mais c’est peu sur un budget de près d’un milliard et demi».

Qu’attendez-vous ?
«Il faut absolument réussir rapidement l’accompagnement de la transformation des exploitations. On nous parle de circuits courts. C’est bien, mais ça ne résoudra pas tout. En Saône-et-Loire l’avenir de la filière bovine passe plus par la qualité et le bon niveau des exportations que par les circuits courts. Il faut en fait des politiques équilibrées. La région doit aussi être au rendez-vous de la modernisation des exploitations et notamment des bâtiments d’élevage. Bref il y a beaucoup à faire et mieux».
Recueilli par Alain BOLLERY