mardi 23 janvier 2018
Édito
De Notre Dame des Landes au Center Parcs du Rousset, c’en est fini des grands projets «Zadéifiés»
Sondage
Approuvez-vous la limitation de la vitesse à 80 km/heure sur les routes départementales et nationales ?
  • Oui
     25% 5159
  • Non
     74% 14997
Questions à...
L’ancien secrétaire d’Etat à l’industrie de François Hollande répond à creusot-infos sur Framatome et sur l’avenir du nucléaire. Un dossier sur lequel il a été très impliqué quand il était à Bercy.
«Oui, je le dis clairement, en France il faut remplacer les anciennes centrales nucléaires par de nouvelles centrales EPR»
L’élue du Creusot est à la tête d’un budget important au Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté. Dans une interview elle trace les perspectives 2018. Avec un appel à projets pour l’ensemble des clubs.
Le vice-président du Conseil Régional Bourgogne - Franche-Comté en charge de l’économie a répondu à nos questions.
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

Gérald Gordat : «Les circuits courts ne vont pas tout résoudre»

15/12/2017 03:14Lu 1477 foisImprimer l’article
Elu d’opposition de droite à la Région, Gérard Gordat a répondu à nos questions sur son domaine de prédilection : L’agriculture.
Quel regard portez-vous sur la politique de la Région en matière agricole ?
«Je suis tenté de dire : Quid des audits qui ont été menés. La Région n’a pas géré les agriculteurs qui sont en souffrance, pas réglé les problèmes de trésorerie. Alors que beaucoup d’agriculteurs souffrent, ils manquent d’accompagnement sur le plan moral».

Le budget 2018 répond-ils à vos attentes ?
«En Bourgogne – Franche-Comté, ce sont 4,67 euros par habitant qui sont investis. En Rhône-Alpes Auvergne c’est 7,70 euros. Alors même s’il y a eu un effort de fait en Bourgogne – Franche-Comté, on est loin de certaines régions. On est à 14 millions au total. On aurait pu être à 22 millions si on s’était engagé comme en Rhône-Alpes Auvergne. On peut dire que c’est beaucoup, mais c’est peu sur un budget de près d’un milliard et demi».

Qu’attendez-vous ?
«Il faut absolument réussir rapidement l’accompagnement de la transformation des exploitations. On nous parle de circuits courts. C’est bien, mais ça ne résoudra pas tout. En Saône-et-Loire l’avenir de la filière bovine passe plus par la qualité et le bon niveau des exportations que par les circuits courts. Il faut en fait des politiques équilibrées. La région doit aussi être au rendez-vous de la modernisation des exploitations et notamment des bâtiments d’élevage. Bref il y a beaucoup à faire et mieux».
Recueilli par Alain BOLLERY