jeudi 22 février 2018
Édito
Personne n’a oublié que l’avocat de Nordahl Lelandais a défendu avec de la violence verbale son client en accusant les gendarmes et la justice dans l’affaire Maëlys.
Sondage
Approuvez-vous le principe de départs volontaires des fonctionnaires ?
Questions à...
Le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, dans une interview à creusot-infos, parle de la bonne santé économique de la Saône-et-Loire, avec comme symbole le renouveau de Framatome, mais pas seulement…
«En Saône-et-Loire, 25% des emplois sont industriels»
«La plus forte amélioration du taux de chômage est dans la Communauté Urbaine»
«Faisons aimer les usines»
L’ancien secrétaire d’Etat à l’industrie de François Hollande répond à creusot-infos sur Framatome et sur l’avenir du nucléaire. Un dossier sur lequel il a été très impliqué quand il était à Bercy.
«Oui, je le dis clairement, en France il faut remplacer les anciennes centrales nucléaires par de nouvelles centrales EPR»
L’élue du Creusot est à la tête d’un budget important au Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté. Dans une interview elle trace les perspectives 2018. Avec un appel à projets pour l’ensemble des clubs.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

Françoise Barré-Sinoussi, nouvelle présidente de SIDACTION

14/11/2017 16:25Lu 938 foisImprimer l’article
Le conseil d’administration de Sidaction a nommé à la présidence de l’association le professeur Françoise Barré-Sinoussi, co-découvreuse du VIH et Prix Nobel de médecine 2008. Elle succède à Pierre Bergé, président de Sidaction jusqu’à son décès le 8 septembre dernier.
Françoise Barré-Sinoussi - Ph.D., rétrovirologiste -  a été directeur de recherche à l'Institut national français de recherche médicale et de santé (INSERM) et professeur à l'Institut Pasteur en France jusqu'en 2015. Lauréate 2008 du Prix Nobel de Médecine, elle est internationalement reconnue pour ses contributions à la recherche sur le VIH/sida.
Membre de l'Académie nationale des sciences en France depuis 2009, Françoise Barré-Sinoussi fut également présidente de l’International AIDS Society (IAS) de 2012 à 2014. Elle a récemment été élevée à la dignité de Grand-Croix de la Légion d'honneur. 
Engagée depuis douze ans au sein de Sidaction, Françoise Barré-Sinoussi a intégré, à la demande de Pierre Bergé, le conseil d’administration en tant qu’administratrice au Collège scientifique et médical en 2005. Elle a toujours eu à cœur de soutenir Sidaction, seule association en France à financer la recherche dans le domaine du VIH.
« Je suis fière de poursuivre le travail mené par Pierre Bergé, dont il faut saluer l’admirable engagement. Face aux enjeux actuels de l’épidémie, la puissance du collectif de Sidaction formé par les personnes vivant avec le VIH, les chercheurs, les soignants et les activistes est essentielle » affirme Françoise Barré-Sinoussi.
« En tant que présidente, je mènerai de front le combat contre le sida et pour la défense des droits humains car ils sont étroitement liés. C’est ainsi que nous contribuerons à un accès universel et équitable à la prévention, aux soins et aux traitements » explique-t-elle.
Figure incontournable de la lutte contre le VIH, elle revendique par ailleurs la nécessité d’une mobilisation renforcée des acteurs politiques à tous les niveaux. « Un engagement politique et financier ambitieux doit constituer une des priorités de nos décideurs en France et à l’international.  Sans l’implication de tous, des citoyens jusqu’aux politiques, nous n’atteindrons pas les objectifs fixés par l’ONUSIDA et ne mettrons pas fin à l’épidémie de VIH. » conclut-elle.
Sidaction en chiffres
Créée en 1994, Sidaction fonde son existence sur un principe essentiel : réunir la recherche et le milieu associatif. Sidaction finance aussi bien des programmes de recherche et des associations d’aide aux personnes séropositives et de prévention, en France comme à l’international.
 
En 2017 :
En France : 101 programmes, 72 associations
A l’international : 137 projets, 41 associations dans 20 pays
Recherche : 55 jeunes chercheurs, 39 projets