vendredi 19 octobre 2018

Nouveautés :

Jean Salsa Femme taille haute jusqu’au 48

Paddock Homme Chemise (jusqu’au 4XL) et Pantalon (jusqu’au 52)

Édito
En annonçant qu’elle ne s’interdisait rien du tout pour 2021, Marie-Guite Dufay a envoyé un message plus que subliminal aux prétendants…
Questions à...
Le directeur de l’Hôtel-Dieu du Creusot fait le point dans une longue interview. Il répond aux syndicats qui ont manifesté, fait le point sur le fonctionnement de l’établissement, dont l’activité se développe.
«Pour toutes nos équipes, il n’y aura jamais assez de patients».
«En Saône-et-Loire, les plus grandes difficultés ne se concentrent pas au Creusot»
«1,2 million d'euros d'investissements sont engagés»
Après le match perdu contre Villeurbanne et après les 5 premiers matchs, Dominique Juillot dresse un premier bilan dans une longue interview.
Dans une longue interview à creusot-infos, Marie-Guite Dufay, présidente du Conseil Régional de Bourgogne - Franche-Comté, se livre sur de nombreux sujets, y compris celui des prochaines élections régionales en 2021 !
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

François Patriat : On a besoin de lucidité, de courage et de détermination, et d’un peu de patience»

29/09/2018 03:18Lu 1329 foisImprimer l’article
Dans une longue interview, l’élu de Côte-d’Or, patron des Sénateurs «En Marche» au Sénat, et proche d’Emmanuel Macron, dit sa foi dans les réformes.
Il parle aussi élections européennes, d'Arnaud Danjean, d'agriculture, et des municipales à Dijon et en Bourgogne – Franche-Comté.
Cette rentrée 2018 est elle difficile pour les parlementaires de La République en Marche ?
François PATRIAT : «C’est toujours plus difficile au Sénat où nous sommes 22 contre 300, avec des parlementaires qui critiquent sans rien proposer. Avec aussi une agressivité et une adversité parfois violente contre le Président de la République et les Marcheurs. La vérité, c’est qu’ils n’ont jamais accepté la victoire d’Emmanuel Macron et donc leur cuisante défaite.
Nos adversaires, qu’ils soient du PS ou des Républicains n’acceptent pas les réformes qui ont été engagées».

Cliquez ici pour lire la suite sur infos-dijon