dimanche 27 mai 2018

La fête des Mères c’est ce Dimanche 27 Mai

Retrouvez un large choix de fleurs coupées et de compositions florales au gré de vos envies

Édito
creusot-infos l’avait annoncé : Cette semaine serait celle de tous les dangers pour Marie-Guite Dufay, qui a calé en rase campagne avant de se mettre en marche arrière. Sa majorité, au-delà des apparences d’unité, est durablement ébranlée.
Questions à...
Alors que le championnat se termine, Dominique Juillot se livre dans une interview vérité. Il se projette dans l’avenir et dessine ce que devra être l’Elan Chalon 2018/2019. Avec des jeunes. Avec, pourquoi pas, un retour de John Roberson…
Le tourisme en Saône-et-Loire est sur un vent porteur. 2018 sera d’abord l’année du vélo et 2019 sera l’année de l’œnotourisme annonce Elisabeth Roblot, dans une interview à creusot-infos.
L’ancien Ministre sera ce mercredi à Mâcon pour une visite d’expertise. Il se confie dans une interview à creusot-infos :
«André Accary a eu raison de lancer le recrutement de médecins»
«RCEA : On a perdu de belles années»
«Je soutiens la réforme de la SNCF. L’ouverture des lignes à la concurrence est une bonne chose»
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

ETANG SUR ARROUX : Huit Préfet(e)s et leur suite pour parler de la Forêt et du Bois

26/09/2017 18:58Lu 1871 foisImprimer l’article
Le Lycée Forestier du Velet n’avait encore jamais accueilli autant d’autorités… Mais il est vrai que la Bourgogne – Franche-Comté est un véritable réservoir en chênes et en résineux, pesant pour plus d’un tiers de la région.C'est ce que la Préfète de Région Christiane Barret a notamment mis en lumière.
Depuis la visite de Michel Alliot-Marie, alors ministre de la défense, qui était venue prendre le pouls de l’EPIDE, jamais encore le Lycée du Velet, à Etang-Arroux n’avait accueilli une délégation aussi prestigieuse que celle qui était réunie ce mardi 26 septembre.
Dans le sillage de la Préfète de Région, Christiane Barret, se trouvaient en effet les Préfets des sept autres départements de Bourgogne – Franche-Comté, mais aussi les têtes de gondole des administrations régionales de l’Etat.
Avant la fusion des régions, la Bourgogne était la première région de France pour le douglas et la seconde pour le chêne. Ce mardi après-midi à Etang sur Arroux il n’a pas été précisé si la grande région présente les mêmes chiffres.
Mais Christiane Barret, la Préfète de la Bourgogne – Franche-Comté a donné des chiffres qui parlent. La forêt couvre en effet 37% de la surface de la région, avec 1,8 million d’hectares.
4.700 entreprises, soit 2,4% de l’emploi régional, font travailler 2300 personnes, dont 1900 sont salariées. «Il n’y a que l’Aquitaine qui nous dépasse en nombre d’emplois».
Et la filière est complète. «On va de la graine, avec les pépiniéristes, jusqu’à la planche et au meuble». Tous les métiers sont donc concernés et donc toutes les formations. Le bois énergie est désormais structure, tout comme le bois construction.
Le contrat forêt bois sera officiellement présenté le 3 octobre par l’autorité préfectorale et l’INSEE. C’est ce que Vincent Favrichon, le directeur régional en charge de la forêt, a annoncé au cours d’un point presse.
Dans le prolongement des propos de la Préfète de Région, il a souligné que la forêt de Bourgogne – Franche-Comté génère un milliard d’euros de valeur produite pour la filière. Et pour en finir avec les idées reçues notamment par celles et ceux qui combattent les plantations de résineux, Vincent Favrichon a souligné que le feuillus pèsent pour 70% de la surface régionale… On ne peut donc pas dire qu’ils en péril comme certaines associations tentent de l’accréditer. Encore plus quand on considère qu’ont été établies des zones d’intérêt écologique forestières.
Pour les décennies à venir, six objectifs émergent : Premièrement, gérer les forêts de manière dynamique et multi-fonctionnelle ; deuxièmement améliorer la compétitivité des entreprises ; troisièmement, développer la diversification des marchés ; quatrièmement, développer les projets de territoire ; cinquièmement, développer les compétences avec une promotion des métiers autant que des potentialités d’embauche ; et enfin sixièmement, améliorer l’image de la forêt et de ses métiers.
L’interprofession veut être en pointe et Jean-Philippe Basot n’a pas manqué d’annoncer que le bois construction sera bientôt utilisé pour des immeubles de grande hauteur, pour prouver qu’il n’a pas seulement vocation à être utilisé pour les maisons bois.
David Chavot, directeur d’entreprise à Fontaines, a lui mis en lumière que les professionnels de la transformation, souffre au niveau de l’approvisionnement en chênes. Mais il a aussi mis en lumière combien son entreprise séduit partout dans le monde avec ses parquets.
Alain BOLLERY