mercredi 22 mai 2019

Pour la Fête des Mères, dites-lui avec des dessous !

Nuisette, dentelle raffinée, pyjama cosy ou maillot de bain retrouvez de nombreuses idées cadeaux

Nouveauté : Brassière de Sport

Édito
Les faits très graves qui se sont produits lundi matin, ont révélé autant le manque de respect et de politesse, que cette violence qui n’en finit plus de s’incruster dans les têtes, dans les esprits et donc bien malheureusement dans les actes.
Questions à...
Le vice-président de la Région Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées est catégorique : «On sait s’adapter, on sait être réactif et on peut voter un financement exceptionnel»
Elu lundi après-midi nouveau Président de la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire, Bernard Lacour entend mener une présidence de combat. Pour défendre l’agriculture «contre les attaques menées par des minorités». C'est ce qu'il affirme dans une longue interview qu'il a accordée à creusot-infos.
«88% de la société française apprécie notre agriculture et ses agriculteurs et on entend que les minorités»
«L’agriculture française c’est la qualité et la traçabilité»
«L'engagement du conseil départemental a été vital»
«Dans la Communauté Le Creusot - Montceau, on va franchir un cap dans la gestion de l’eau».
Dans une longue interview à creusot-infos, le Député européen sortant, 3ème sur la liste «Les Républicains», n’est pas tendre avec le Président de la République.
«Ce Président est très tacticien et très habile»
«Le grand débat c’est quand même un aveu d’échec».
Alstom, Nadine Morano, Rachida Dati, référendum, immigration, l’élu bressan n’élude aucun sujet.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

Elections Européennes : Violaine Gillet, Jérôme Durain, David Marti, Jérémy Pinto pas tous d'accord sur la tête de liste du PS

17/03/2019 11:30Lu 2459 foisImprimer l’article
La décision prise par le conseil national du Parti Socialiste de laisser la tête de liste à Raphaël Gluksmann, qui n'est pas adhérent du parti, ne fait pas l'unanimité. creusot-infos a donné la parole à Violaine Gillet, Jérôme Durain, David Marti et Jérémy Pinto.
Le Parti Socialiste, pour la première fois depuis 50 ans, n'aura donc pas une tête de liste issue de ses rangs pour les élections européennes du 26 mai prochain. Le conseil national national du PS convoqué samedi a tranché en faveur de la proposition d'Olivier Faure de confier la tête de liste à Raphaël Gluksmann. 128 membres du bureau national ont voté pour, 5 contre, 35 n'ont pas pris part au vote et 3 se sont abstenus. Ce qui veut dire que la proposition d'Olivier Faure a été approuvée à 74,85%.
Vendredi, creusot-infos avait interrogé David Marti, le Maire de la première ville socialiste de Saône-et-Loire et Président de la Communauté Urbaine Le Creusot - Montceau, Jérôme Durain, sénateur socialiste, ancien secrétaire de la Fédération PS 71 et président du groupe socialiste au Conseil Régional. Après le conseil national, nous avons interrogé Violaine Gillet, patronne de la fédération socialiste de Saône-et-Loire, et Jérémy Pinto, membre du conseil national. Leurs avis sont différents.

Violaine Gillet

«J’ai voté pour la résolution proposée par Olivier Faure et la direction du PS. Nous avons d’ailleurs été nombreux à nous appuyer sur ce que demandent les militants. Et ce qu’ils demandent clairement c’est du rassemblement, de repartir sur de nouvelles bases, de l’ouverture, et d’être clairement dans la transition écologique et sociale.
En ce sens, après le bureau national du PS, je suis allée manifester pour le climat. Car notre premier combat c’est la planète et le défilé a été exemplaire. 2030 c’est demain, il ne s’agit plus d’attendre.
Nous les socialistes, nous devons nous transcender, aller au-delà des intérêts personnels. Je pense très sincèrement que nos militants approuveront majoritairement la liste qui leur sera proposée et qui devrait être définitivement constituée et présentée début avril.
Au conseil national du PS de samedi, nous avons très clairement prôné le rassemblement. C’est ce qui a été demandé à Olivier Faure depuis plusieurs mois déjà. Nous voulons réunir les socialistes et d’autres forces de gauche sur le rassemblement. Nous devons sortir des logiques d’appareil. En soutenant Olivier Faure, j’ai fait le choix de l’audace et et de l’avenir»

Jérémy Pinto

«J’ai voté pour la proposition d’Olivier Faure. Je pense que la période est de parler à l’ensemble de la gauche. Il faut essayer de voir plus loin. Avoir pour tête de liste une personnalité qui n’est pas un socialiste, qui n’est pas notre premier secrétaire, c’est un pari osé. Mais c’est le pari de miser sur un rassemblement pro-européen, féministe, citoyen et social.
Oui, forcément se ranger derrière derrière Raphaël Gluksmann m’interroge comme beaucoup de socialistes. J’aurai préféré une tête de liste socialiste qui permette de faire 20% des votes... Mais on voit bien que nous sommes devant un émiettement des voix de gauche. Alors oui face à cela je souscris à l’initiative des socialistes, de mon parti. Je précise que les socialistes constitueront l’ossature de la liste, puisque 50% des candidats seront socialistes.
Il ne s’agit pas de se rassembler avec les Insoumis, qui ne partagent pas nos valeurs européennes, mais avec avec des gens qui partagent notre vision de l’Europe. Car la question aujourd’hui est bien de savoir comment on parvient à se rassembler».

David Marti

(interrogé vendredi)
«Il faut des alliances à gauche, c’est normal. Mais pour moi la question du leadership de la liste où figureront les candidats socialistes est très claire : Olivier Faure doit prendre ses responsabilités et être tête de liste si aucun autre socialiste n’accepte. Je dis cela en précisant aussi que personne ne lui tiendra rigueur du score qui sera réalisé dans une période qui est difficile pour les partis traditionnels. Mais nous devons avoir une tête de liste socialiste et ne pas nous ranger derrière quelqu’un d’autre, au-delà de ses qualités.
Je rappelle que le Parti Socialiste est un grand parti, avec des Députés, des Sénateurs et beaucoup d’élus locaux. Il est un grand parti et il le prouvera aux prochaines élections municipales. Mais le Parti Socialiste c’est aussi une histoire, une longue et forte histoire avec l’Europe. Personne ne doit l’oublier, c’est pour cela que j’encourage Olivier Faure a prendre ses responsabilités».

Jérôme Durain

(interrogé vendredi)
«Je pense que l’enjeu est d’abord de remobiliser la gauche. Le Parti Socialiste, aujourd’hui, demeure faible. Il faut donc chercher des alliances pour rebondir. Bien évidemment qu’il y aura des socialistes candidats. Un mouvement s’est créé et crée incontestablement de la sympathie. Il y a de nouveaux talents, de nouvelles démarches. On n’a pas à avoir peur des alliances. Pour moi la question du leadership de la liste n’est pas fondamentale. Personne ne doute de ce que le PS représente par rapport à l’Europe. Mais aujourd’hui nous devons contribuer à la construction de la nouvelle gauche. C’est vrai qu’il y a une forme de pari. Nous ne devons pas rester recroquevillés. S’ouvrir à d’autres c’est important».

Recueilli par Alain BOLLERY