mercredi 18 septembre 2019

Opération Foire du Creusot :

Bénéficiez de 20% de remise sur tous vos travaux*

Pour toute commande passée entre le Samedi 14 et le Dimanche 22 Septembre

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Le conseil départemental est mobilisé pour les Collèges. C’est que ce le Président André Accary a annoncé, ce jeudi matin, à Montchanin, où il a fait sa rentrée des classes.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

Elections européennes : Les réactions

28/05/2019 15:10Lu 4218 foisImprimer l’article
ACTUALISE : Le Sénateur Jérôme Durain en appelle à «L'union des gauches»
« Les résultats des élections européennes de ce jour sont pleins d’enseignements, d’inquiétude mais aussi d’espoirs. Je veux d’abord saluer nos concitoyens pour leur participation en forte hausse comme partout en Europe.  Je suis heureuse que les jeunes, notamment, se soient emparés de ce scrutin. C’est un signe d’espoir.
Je regrette profondément les divisions qui ont amené l’extrême droite en tête à la sortie des urnes. Elle est à son étiage de 2014. Il nous appartient de continuer à la combattre sans relâche dans nos territoires en étant d’abord à l’écoute de nos concitoyens, notamment ceux qui ont le sentiment de la relégation sociale, ainsi que ceux nombreux, qui n’arrivent pas à boucler les fins de mois avec des problèmes majeurs de mobilité et de pouvoir d’achat. Les valeurs de la gauche progressiste sont bien vivaces, le score cumulé des listes de gauche dont la liste Place Publique/ Parti Socialiste en témoigne. Le rassemblement le plus large est plus que jamais nécessaire.
C’est aussi un résultat d’espoir. En effet, les citoyens français et européens (allemands, belges…), et particulièrement  les jeunes,  ont exprimé une forte attente pour une action ferme et résolue en faveur du climat en votant fortement pour les listes écologistes. Là encore, ce résultat doit nous encourager à poursuivre nos politiques pour sortir de l’énergie carbonée au plus près du terrain en structurant les alternatives au pétrole. »
Marie-Guite Dufay
Présidente du Conseil Régional de Bourgogne - Franche-Comté

La gauche n’est pas morte. L’envie de justice sociale, de démocratie n’est pas morte. Elle se renforce en se doublant d’une exigence de durabilité. L’électeur est aussi citoyen, parent, salarié ou en recherche d’emploi. Il exige une société équilibrée, qui le respecte et qui soit durable tant sur le plan humain, qu’économique ou environnemental. Et pour cela ils et elles ont aujourd’hui soutenu des élus responsables.
Certains ont aussi fait le choix de manifester leur désaccord par un vote de colère, de désaccord face à un pouvoir méprisant. Emmanuel Macron a joué avec l’Europe, il a fait le pari de la peur mais l’a perdu, et c’est la colère qui l’a emporté, accentuant encore la division du pays.
Dans ce contexte, le score de notre liste de rassemblement, Envie d’Europe écologique et sociale, est un signal fort. L’envie d’unité prédomine. Place Publique, le Parti socialiste, Nouvelle Donne et le PRG ont montré qu’oublier les égos au bénéfice d’un idéal plus grand est possible, attendu et reconnu.
L’attente d’une société plus humaine, plus durable, plus juste, grandit. A nous , partis de gauche et écologistes d’y répondre, ensemble.
Violaine GILLET
Première secrétaire
Fédération du Parti socialiste de Saône-et-Loire

Il est encore trop tot pour tirer toutes les conclusions du scrutin. Quelques remarques:
- il y a cinq ans, le FN arrivait largement en tête du scrutin européen avec près de 25 pour cent des suffrages. Il ne recueille aujourd'hui qu un peu plus de 23 pour cent.
Il y a cinq ans, la participation au scrutin était faible (44 pour cent). Aujourd'hui, elle dépasse 50 pour cent. C est un progrès pour la démocratie.
Il y a cinq ans, la seconde force  politique derrière le FN etait à 21 pour cent. Aujourd hui, la République En Marche (LREM) talonne le FN alors qu elle n'a que 3 ans d'existence et que les partis traditionnels sont en très grande difficulté.
Il est clair que LREM est l'unique rempart contre le FN. J'observe qu'en Saône et Loire, LREM obtient des scores similaires au plan national qui lui permet d'arriver en tete dans de nombreuses villes, à Chalon, Mâcon, Paray ou Charolles. A Autun, même si le FN est en tête, le score de LREM est sup"rieur de 2 points au niveau national. Par contre, une partie du rural subit de plus en plus un repli identitaire pr"juciable et decalé,  sur lequel elle doit rapidement s'interroger. Il est difficile d en dire davantage ce dimanche soir...
Remy REBEYROTTE
Député de Saône-et-Loire

C’est un très bon résultat pour la majorité, après deux années d’exercice du pouvoir et six mois de manifestations des gilets jaunes. Personne n’aurait imaginé que nous ferions un tel score en décembre dernier. L’écart avec le RN est faible, nous aurons le même nombre de représentants et leur résultat sera inférieur à leur score de 2014.
L’enseignement principal de cette échéance électoral reste que la recomposition politique engagée au niveau national en 2017 se poursuit. Nous devons poursuivre le rassemblement. Poursuivre les réformes, et transformer le pays avec enthousiasme et humilité.
Pour Chalon, je suis très satisfait de notre score. Nous arrivons en tête. C’est une très belle victoire, et je voudrais remercier les électeurs et féliciter nos militants et sympathisants qui ont fait une formidable campagne de terrain auprès des chalonnaises et chalonnais.
Raphaël Gauvain
Député de Saône-et-Loire

Les résultats de ces élections sont une grande satisfaction pour Europe Ecologie Les Vertes. Car les bons résultats sont là en Allemagne, où nous devenons le deuxième parti, en Belgique aussi, et donc en France. Car au niveau national, Yannick Jadot réalise un très bon score, bien au-delà de ce que disaient les sondages. Au niveau local, on se retrouve à la troisième place, mais surtout nous nous plaçons devant tous les partis de gauche. Nos concitoyens mesurent l’urgence climatique, mais ils ont aussi une exigence sociale. Ils veulent une écologie non pas punitive, mais de progrès.
Pierre-Etienne Graffard
Elu EELV au Creusot


Plusieurs enseignements sont à tirer de ce scrutin européen.
Tout abord, le regain de participation qui prouve que nos concitoyens ont bien conscience que face aux mutations de la société, l’Europe est toujours notre avenir.
Deuxième enseignement, la poussée du Rassemblement national n’a pas été contenue par la République en marche, qui a du mal à conserver son score de l’élection présidentielle.
Troisième enseignement, deux grands perdants que sont Les Insoumis et les Républicains qui décrochent fortement depuis la présidentielle ; et un vainqueur, EELV, qui crée la surprise de ce scrutin.
Pour ce qui est de notre parti, le Parti socialiste, le score de la présidentielle est maintenu, mais nous ne saurions nous en contenter. Notre parti souffre d’un manque de clarté stratégique, d’ambition politique et d’incarnation dans l’opinion.
Nous ne pouvons plus continuer d’avoir la sociale démocratie écologique honteuse.
Pour les municipales de l’année prochaine, le rassemblement autour d’une feuille de route sociale, démocrate et écologique est une nécessité pour améliorer le quotidien de nos concitoyens.
Michel Neugnot,
1er vice-président du Conseil Régional

« Il faut se féliciter de la nette hausse du taux de participation, au niveau national comme en Saône-et-Loire. Les pro-européens sortent vainqueurs de ce scrutin face aux eurosceptiques. La culture européenne progresse dans les États et l’idée européenne fait son chemin dans l’esprit des citoyens.
Je veux saluer le très bon score de Yannick Jadot, lequel montre que l’écologie s’affirme comme la mesure de toute chose en politique. L’avenir de l’Europe ne pourra s’écrire sans une adhésion forte à l’écologie et à la justice sociale, qui sont plus que jamais au cœur des préoccupations des Français et en particulier de la jeunesse.
Quant au résultat de notre liste « Envie d’Europe », il garantit notre présence au Parlement européen. À force  d’être humble, on finit par être content. De toute évidence, un gros travail de clarification, base du rassemblement de la gauche et des écologistes, s’impose à présent. »
Cécile Untermaier
Députée de Saône-et-Loire

TOUT DOIT CHANGER !
EELV Bourgogne remercie les citoyennes et les citoyens qui ont voté pour le climat et ont contribué à donner aux écologistes un groupe de 70 euro-député.e.s.
L'extrême droite maintient ses scores et progresse dangereusement dans plusieurs pays.
En France, le pari présidentiel a échoué.
Les écologistes, portés en troisième position notamment par la jeunesse sont conscients de leur grande responsabilité. La tâche est immense pour contenir le danger du repli identitaire et proposer un nouveau chemin pour que l'écologie politique soit le ferment des victoires à venir. Les résultats en France, comme ailleurs en Europe, confirment que l'alternative se construit autour de l'écologie. Avec toutes celles et ceux qui se mobilisent pour le climat, la biodiversité, la santé et la justice sociale, ensemble portons cet espoir !
Tout doit changer !
Claire Mallard, Mourad Laoues, 
Nathalie Charvy pour EELV Bourgogne

Et maintenant…quelle Europe ?
Le match quasi nul du RN et de LREM n’a rien tranché de ce que nous ne savions déjà : un RN légèrement en tête (mais il l’était aussi en 2014) et LREM un peu en-dessous …Rien de nouveau.
La première surprise est une bonne nouvelle : la chute spectaculaire de la Maison Wauquiez …y compris en Saône-et-Loire.
La deuxième est aussi une bonne nouvelle : le beau score de Janick Jadot.
La prise de conscience des enjeux climatiques et l’éclatement des forces de Gauche ont boosté le vote des jeunes électeurs et lui ont apporté ce succès.
Autre élément de ce scrutin : la Gauche plus traditionnelle, éparpillée, n’a pas réussi.
Le PRG se félicite d’avoir répondu à l’appel au rassemblement de Raphaël Glucksman, d’avoir rejoint la liste « Envie d’Europe » avec le PS et Nouvelle Donne et d’avoir ainsi contribué à lui faire passer la barre des 5%, ce qui lui a permis d’avoir quelques élus. Mais ce rassemblement, même si son score est supérieur à celui des élections présidentielles, n’est qu’un balbutiement.
Et maintenant…quelle Europe ?
Elle peut changer de cap si tous les Sociaux- Démocrates, les Verts et d’autres Humanistes et Progressistes travaillent ensemble. Mais nous attendons aussi l’orientation des députés LREM : sont-ils prêts à travailler pour construire une Europe plus sociale, plus solidaire et plus « écologique » ? Ou bien préféreront-ils s’allier aux conservateurs ? 
Le Président de la République a de tout évidence un rôle à jouer. Nous verrons lequel dans les jours qui viennent.
Claudette Brunet Lechenault
Vice-Présidente du PRG en charge des relations avec l’Union européenne.

« Plus que l’union de la gauche c’est l’union des gauches que nous devons réaliser. Les citoyens nous le demandent, l’urgence climatique nous le commande »
Les élections européennes ont livré leur verdict. En 2019 comme en 2014, les électeurs ont choisi de placer l’extrême-droite en tête du scrutin. En tant qu’européen convaincu, je ne peux me résigner à ce que ce résultat devienne une habitude.
Nous étions nombreux à alerter du risque de laisser s’installer un duel entre les nationalistes d’un côté et les pseudo-progressistes de l’autre. Malheureusement, nous ne nous étions pas trompés. Loin d’endiguer la vague populiste, Emmanuel Macron l’a savamment entretenue pour se poser en rempart.  Mais depuis dimanche soir, le rempart s’est effrité marquant l’échec de cette stratégie. En orientant le clivage du terrain politique au terrain sociologique entre les « gagnants » de la mondialisation et les « perdants », LREM a joué à un jeu dangereux.
Cela ne nous exonère pas de nos responsabilités. La gauche, en étant dispersée, s’est faite la complice de ce duo. Comme de nombreux électeurs j’ai ressenti une immense déception en découvrant les scores des partis de gauche dimanche soir. Additionnées, les listes de gauche faisaient jeu égal avec le RN et LREM mais les divisions en ont décidé autrement.
Le vote extrême est symptomatique de cette plaie béante dont souffre la France. La mondialisation devait être une chance pour tous mais ses dérives ont creusé les inégalités au profit des plus riches laissant tant de foyers démunis. Nous ne ferons reculer ce mouvement haineux que si nous parvenons à réparer l’ascenseur social, à restaurer la justice territoriale et à rétablir la mixité.
Le nationalisme comme l’ultralibéralisme sont des impasses, j’en suis convaincu. En sortir est une nécessité absolue. A la gauche de se retrouver pour proposer un autre chemin. Ce chemin sera assurément celui de l’écologie. Toutes les formations de gauche avaient inscrit la défense de l’environnement au cœur de leur programme, cela doit nous permettre de nous rassembler pour construire une alternative crédible mêlant objectifs écologiques ambitieux et progrès social.
Plus que l’union de la gauche c’est l’union des gauches que nous devons réaliser. Les citoyens nous le demandent, l’urgence climatique nous le commande.
Monsieur Jérôme DURAIN
Sénateur de Saône-et-Loire
Conseiller régional de Bourgogne Franche Comté