samedi 18 août 2018

Du Mardi 14 au Samedi 18 Août

Profitez des Offres en cours sur les merguez, les chipolatas, la mini faisselle Girard, le pavé aux céréales, le flan pruneaux ou griottes, les fruit shoot grenadine, la crème de douche Nivea, la douche bio et la clé USB Lexar (50% en remise immédiate)

Retrouvez les Bons Plans haricots verts, cœur de sucrine, prune, kiwi hayward,

Sans oublier les offres de rentrée avec jusqu’à -40% en remise immédiate

Édito
Ce n’est pas parce que son retentissement médiatique est énorme, qu’il convient de juger l’affaire Benalla à un niveau supérieur de ce qu’elle est et représente.
De quoi s’agit-il ? D’un garçon qui s’est cru plus fort que les autres, parce qu’il était dans le cercle rapproché de la sécurité du Président de la République.
Questions à...
Après une saison à découvrir l’élite du basket français, Bastien Pinault a une formidable envie de voir l’Elan Chalon réussir un bel exercice 2018-2019. Il a envie de tout casser et il veut consentir les efforts nécessaires pour doubler son temps de jeu.
Au soir d’une journée d’intégration où il a emmené ses joueurs sur une falaise avant de les faire marcher sur l’eau, juste avant la reprise officielle de l’entraînement, l’entraîneur de l’Elan Chalon a répondu à nos questions.
Dans une interview fleuve à creusot-infos, Anibal Castano balance ses vérités. Sur son sport le basket, sur la Fédération, sur l'arbitrage.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

EDITO : Taisez-vous Monsieur Jakubowicz

15/02/2018 08:10Lu 7581 foisImprimer l’article
Personne n’a oublié que l’avocat de Nordahl Lelandais a défendu avec de la violence verbale son client en accusant les gendarmes et la justice dans l’affaire Maëlys.
Sans doute qu’être avocat d’un présumé criminel n’est pas simple et on ne voudrait pas être à la place d’Alain Jakubowicz l’avocat de Nordahl Lelandais.

On ne voudrait pas être à sa place, car cet avocat qui a de la bouteille, qui a l’habitude de jouer avec les médias, va désormais avoir du mal à se regarder dans la glace.
Car personne n’oubliera la véhémence avec laquelle il a défendu Nordahl Lelandais qui, le jour de la Saint-Valentin, a avoué avoir tué la petite Maëlys et a conduit les gendarmes là où il avait abandonné le corps de la petite fille.
Personne n’a oublié les déclarations à la presse d’Alain Jakubowicz qui, alors que l’étau se resserrait sur Nordal Lelandais, a osé accuser les gendarmes et la justice d’accuser son client sans preuve. Il nous aurait presque fait passer Lelandais pour un ange.
Cette défense bec et ongles était révoltante pour vous et moi. Elle l’est encore plus aujourd’hui. On veut bien que le métier d’avocat c’est de défendre un client. Mais défendre n’empêche pas d’avoir de la décence. Car c’est bien le mot qui vient à l’esprit. Oui Monsieur Jakubowicz, qui se trouve aussi être le Président de la LICRA, a manqué de décence. Il n’a jamais pensé à la victime, jamais pensé aux parents de la victime quand il a osé dérouler ses arguments pour tenter de blanchir son client qui était le suspect numéro un, et pour cause…
Pouvait-il faire autrement ? Oui, bien sûr. Il pouvait avoir des mots moins violents. Il pouvait, s’il l’avait voulu, être un peu moins véhément contre les gendarmes et contre la justice. Mais il ne l’a pas fait. Pourtant c’est bien possible. C’est une question d’honneur. C’est une question de décence. Et en ce sens, personne n’a oublié non plus comment Randall Schwerdorffer, l’avocat de Jonathann Daval, qui a avoué le meurtre de son épouse Alexia en Haute Saône, a lui su faire preuve de décence et d’humanité.
Toute la différence entre un avocat, habitué des micros et des télévisions,  et un avocat qui n’a pas franchi la ligne jaune.
Le premier Alain Jakubowicz ne pourra plus, désormais, être respecté comme il l’était jusqu’à cette pénible et très douloureuse affaire du meurtre de la petite Maëlys, car il la franchi la ligne jaune de façon assumée. Et c’est encore pire que si cela avait été un dérapage verbal.
Alain BOLLERY