lundi 22 juillet 2019

Au départ de Bourbon-Lancy, les échappées à vélo offrent des parcours sympas pour tous les amateurs de la petite reine et de VTT. Découvrez deux bons plans !

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
A l’occasion d’une conférence de presse, le patron du groupe SOS, dont dépend l’Hôtel-Dieu du Creusot, a affirmé plusieurs choses.
«L’établissement génère un déficit. On l’a repris pour le redresser et le relancer».
«On a dit oui pour une aide-soignante de jour et «on verra» à la fin de l’année pour une infirmière de nuit».
«Pour l’urologie, la nouvelle organisation sera sans coût supplémentaire pour les patients».
«On va avoir un bon énorme en terme de prise en charge des patients».
«Le robot sera utilisé en urologie, en chirurgie digestive et en chirurgie gynécologique».
Vice-présidente du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté en charge des sports, Laëtitia Martinez, dans une interview, évoque l’engouement autour du mondial féminin. Elle souligne aussi la démarche volontariste de la Région pour développer et soutenir le sport féminin.
Juste avant les grandes vacances, le Maire David Marti se livre dans une interview à creusot-infos.
Gratuité à la piscine, espace Simone Veil, démolition de la Tour Jaurès et à la Molette, travaux dans les équipements sportifs… Le Maire répond aussi au sujet des prochaines élections municipales.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

EDITO : Quand Marie-Guite Dufay oublie ce qu’elle pense des réseaux sociaux et des GAFA

15/01/2019 03:18Lu 2579 foisImprimer l’article
La Présidente a choisi le réseau social, dénoncé pourtant pour la violence de ses commentaires, pour présenter ses vœux. C’est bien plus que paradoxal.
Les réseaux sociaux on aime ou on n’aime pas. Dans notre démocratie chacun est libre d’avoir son opinion. Et à ce titre il est croustillant de voir comment des élus de la République sont capables à la fois de dénoncer les réseaux sociaux et dans le même temps s’en accommoder. En ce sens, prenons l’exemple de Marie-Guite Dufay, présidente du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté.
On s’en doute, elle n’est pas une adepte des violences verbales qu’elle s’évertue à combattre à chaque session du Conseil Régional, dans lesquelles des élus tombent parfois, et trop souvent.
Mais Marie-Guite Dufay a aussi son avis sur les réseaux sociaux, dont elle pointe les violences que l’on peut y lire. Des violences contenues dans des commentaires sans modération.
Et pourtant, en ce début d’année 2019, la Présidente de Région a voulu présenter ses vœux sur internet et elle a choisi Facebook pour le faire. Quel étonnant paradoxe que celui-ci. Voilà donc une élue, présidente d’un exécutif, qui dénonce la violence d’un réseau social et qui finalement décide de faire la courte échelle à ce même réseau social.
L’exercice a eu lieu lundi soir, avec un direct vidéo. Pour un succès exceptionnel… La vidéo a été vue moins de 500 fois pendant sa diffusion et lundi soir elle a dépassé les 1000 vues avec moins de 40 «j’aime» et 5 «cœur» dont un de son groupe politique, c’est bien le moins…
1000 vues dans une région comptant 2,82 millions d’habitants, ce n’est pas spécialement folichon. Bon d’accord, avec les partages le compteur devrait monter.
A titre de comparaison, le dernier «carnet bleu» de creusot-infos avait dépassé les 4500 vus avant 23 heures, notre reportage sur les «Industri’elles week», à savoir l’ouverture des entreprises aux femmes, approchait les 2000 vues et les vœux de David Marti, vendredi, aux forces vives, dépassait les 6300 vus lundi soir…
Si nous donnons ces quelques chiffres ce n’est pas pour ironiser, mais juste apporter aux fidèles de creusot-infos de quoi avoir des éléments d’appréciation.
Pour notre média, ce qui compte ce n’est pas le nombre de fois où la vidéo de Madame Dufay sera vue, et non lui souhaitons que ce soit élevé ; Non ce qui compte c’est de constater que finalement, dans la période tourmentée que notre pays traverse, des élus sont tentés de s’affranchir des médias. Et cela même si des médias se sont félicités de l’initiative de Madame Dufay, en espérant qu’elle soit suivie par d’autres… Il est vrai qu’il est bien plus facile de faire un lien que de faire un compte-rendu ou une interview. Mais à chacun de travailler comme il le souhaite !
Sans doute que la Présidente de Région aura l’occasion d’ici la fin janvier de présenter ses vœux très solennellement comme elle l’a fait les précédentes années. Mais aucune date n’est encore connue.
En attendant, c’est une première qui a donc eu lieu en ce mois de janvier 2019 et, chacun l’aura compris, nous ne l’approuvons pas ! Et pourquoi donc ? Tout simplement parce que l’on ne peut pas d’un côté montrer du doigt les GAFA (Facebook, Google, Amazon et autres…) qui ne payent pas leurs impôts en France, et dans le même temps leur faire la courte échelle et même plus.
Car il y a un plus. Ainsi le Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté au cours de l’année écoulée a acheté des campagnes de publicité sur Google, plutôt que de les acheter directement dans les médias. Et la SNCF en Bourgogne – Franche-Comté, avec l’argent de la Région, a fait de même.
Avec ses vœux sur Facebook, à défaut de payer, Madame Dufay aura permis au crocodile des réseaux sociaux de gagner un peu d’argent.
Pour bien comprendre les enjeux financiers c’est assez simple : Si par exemple la Région investit 100.000 euros dans les publicités Google, appelées «Google AdSense» par les spécialistes, ce ne sont que 50.000 euros qui sont reversés aux différents supports qui en bénéficient, avec des niveaux de rémunération qui évoluent d’une journée à l’autre. Les autres 50.000 euros vont directement dans la poche de Google qui ne payent pas ses impôts en France, comme les élus nous en rabattent les oreilles… Le manque à gagner pour les supports visés est donc loin d’être anecdotique. CQFD.
Puisque nous sommes dans la période des vœux, nous formulons donc le vœu qu’en 2019 le Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté opte pour des stratégies de communication en circuits courts. C’est comme pour les cantines. Il ne suffit pas de le dire, de le clamer, de le souhaiter, de l’affirmer, il faut juste le faire. C’est juste ce que les producteurs de Bourgogne – Franche-Comté demandent. Et c’est juste ce que nous demandons.
Sauf évidemment à ce qu’on nous explique qu’en cette année 2019 Facebook aura des «envoyés spéciaux» aux sessions du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, mais aussi sur les territoires où la Région s’illustre et où il est question de la Région, avec des rendez-vous pour laquelle la presse locale est toujours sollicitée.
Mais bon peut-être que ça ne sera plus le cas à partir de demain. Comme nous ne pratiquons pas la langue de bois – ce n’est pas le genre de la maison – le message s’adresse aussi à d’autres donneurs d’ordres. Bonne année.
Alain BOLLERY