lundi 23 octobre 2017
Sondage
Craignez-vous une pénurie de carburant avec la grève des routiers ?
Questions à...
Vice-président du Conseil Régional en charge de l’économie, Jean-Claude Lagrange parle exportation, santé économique et enjeux de formations, dans une interview à creusot-infos.
Dans une interview à creusot-infos, la 1ère adjointe au Maire du Creusot, en charge des travaux, précise les choses au sujet du vaste chantier du pont de la gare.
Se déclarant «blessée» par les «attaques personnelles» qui l’ont visée, Marie-Guite Dufay répond à l’opposition. Notamment sur l’agriculture et les actions de la Bourgogne – Franche-Comté. Elle parle aussi apprentissage, lycées, tourisme…
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

EDITO : Et maintenant tout faire pour que Le Creusot, Chalon et Mâcon soient aussi villes olympiques en 2018

14/09/2017 03:18Lu 2562 foisImprimer l’article
2514 jours. En ce jeudi 14 septembre 2017, au lendemain de la désignation de Paris pour accueillir les Jeux Olympiques d’été de 2024, il reste donc 2514 jours avant que la flamme soit allumée et que débute cet événement sportif planétaire.

Ce sera le 2 août 2018.
2514 jours, c’est un peu plus de 60.300 heures, plus de 3.620.000 minutes. C’est à la fois beaucoup et peu. Beaucoup, car cela peut sembler loin. D’ici là on aura voté pour les Municipales, pour les Présidentielles, pour les Législatives… D’ici là le monde aura changé.
Le terrorisme, bien malheureusement, sera encore sans aucun doute encore présent, dans nos villes. Mais de la même manière que la France a réussi l’Euro de football 2016, gageons que nous serons capables de réussir les JO de Paris 2024.
Pour nous habitants de Saône-et-Loire et encore plus du Creusot et de sa Région, les JO de Paris seront une formidable chance. Oui une chance. Avec notre gare TGV, nous sommes à une heure et quart de Paris. C’est moins de temps que celui supporté par de nombreux franciliens dans les bouchons pour aller travailler.
On pourra donc effectuer facilement des aller-retour entre notre territoire et Paris la capitale des JO.
Mais ce qui est vrai dans un sens, est aussi vrai dans l’autre. Alors prenons nous à rêver. Oui rêvons de voir des délégations choisir Le Creusot et le Lac de Torcy, ou bien la Saône à Mâcon pour préparer les compétitions d’aviron. Rêvons aussi que le Colisée à Chalon-sur-Saône soit la salle d’entraînement de l’équipe des Etats-Unis ou bien d’une autre nation forte de la planète basket.
Rêvons aussi que notre département soit traversé par la flamme olympique, entre Paris et Marseille où auront lieu les épreuves de voile. En 1992, avant les Jeux Olympiques d’hiver d’Albertville, la flamme était passée par Autun. Croisons les doigts pour que la flamme des JO de 2024 fasse briller les yeux de nos enfants.
C’est vrai que les anti-tout ont déjà commencé à sonner du clairon, à battre du tambour, pour s’élever contre les Jeux Olympiques à Paris. Veillons à ce qu’ils n’envahissent pas les médias, qu’on ne leur accorde pas une place inversement proportionnelle à ce qu’ils représentent.
Le baron Pierre de Coubertin a inscrit à l’échelle du temps que l’essentiel est de participer. Mais beaucoup s’accordent aussi à s’émerveiller devant le bonheur dégagé par une médaille gagnée, qu’elle soit d’or, d’argent ou de bronze. Et on le sait bien dans notre département avec ces médailles ramenées par Henri Boerio, Adrien Hardy et Jean-Christophe Péraud.
Alors oui, soyons heureux d’avoir les Jeux Olympiques. Préparons nous à les vivre avec passion et enthousiasme et rêvons un peu de voir l’esprit olympique traverser la Saône-et-Loire.
Alain BOLLERY