dimanche 27 mai 2018

La fête des Mères c’est ce Dimanche 27 Mai

Retrouvez un large choix de fleurs coupées et de compositions florales au gré de vos envies

Édito
creusot-infos l’avait annoncé : Cette semaine serait celle de tous les dangers pour Marie-Guite Dufay, qui a calé en rase campagne avant de se mettre en marche arrière. Sa majorité, au-delà des apparences d’unité, est durablement ébranlée.
Questions à...
Alors que le championnat se termine, Dominique Juillot se livre dans une interview vérité. Il se projette dans l’avenir et dessine ce que devra être l’Elan Chalon 2018/2019. Avec des jeunes. Avec, pourquoi pas, un retour de John Roberson…
Le tourisme en Saône-et-Loire est sur un vent porteur. 2018 sera d’abord l’année du vélo et 2019 sera l’année de l’œnotourisme annonce Elisabeth Roblot, dans une interview à creusot-infos.
L’ancien Ministre sera ce mercredi à Mâcon pour une visite d’expertise. Il se confie dans une interview à creusot-infos :
«André Accary a eu raison de lancer le recrutement de médecins»
«RCEA : On a perdu de belles années»
«Je soutiens la réforme de la SNCF. L’ouverture des lignes à la concurrence est une bonne chose»
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

Droit de Mourir dans la Dignité : Jean-Luc Romero est annoncé à Nevers

17/05/2017 22:07Lu 1484 foisImprimer l’article
Jean-Luc Romero, Président de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité, Auteur du livre Ma mort m'appartient ! (éditions Michalon) et de SurVivant ? mes 30 ans avec le sida (éditions Michalon) paru le 17 novembre 2016, sera à Nevers, le mardi 23 mai, à 17h30, il présidera une réunion publique de l'ADMD (Salon Monsigny ? Mercure Nevers Pont de Loire ? Quai de Médine ? Nevers).
 
«2017-2022 : Pour une loi visant à légaliser l'euthanasie et le suicide assisté et à assurer un accès universel aux soins palliatifs»
 
Après la promulgation le 2 février 2016 de la proposition de loi Claeys/Leonetti, rédigée en dépit des attentes des Français,
des conclusions du Jury citoyen réuni par le Comité consultatif national d'éthique et de la promesse faite par le précédent président de la République en 2012,
il est plus que jamais nécessaire d'offrir aux Français une loi de liberté, une loi du choix, plaçant le patient au c?ur de toute décision médicale de fin de vie.
La « nouvelle » loi de sédation, de dénutrition et de déshydratation n'est rien d'autre qu'un ripolinage consensuel, inhumain et hypocrite de la loi du 22 avril 2005 et du décret du 29 janvier 2010.
Rien d'autre? et surtout pas une loi de liberté puisque la volonté du patient ne sera toujours pas respectée, les directives anticipées ne devenant opposables que sous conditions !