dimanche 24 septembre 2017
Sondage
Craignez-vous une pénurie de carburant avec la grève des routiers ?
Questions à...
Président de l’Elan Chalon, Dominique Juillot prend la parole avant l’ouverture de la saison. Dans une interview, il parle des difficultés de la préparation, des inquiétudes, mais veut croire en des jours meilleurs. En tout cas, la soirée de samedi, contre Pau sera riche en émotions et sera inoubliable.
Hôpital de Montceau... Cinémas de Torcy et de Montceau... Avenir de son parti Les Républicains… La Maire de Montceau évoque tous les sujets dans une interview à creusot-infos.
Dans une interview à creusot-infos, le chef du groupe PS au conseil régional et sénateur socialiste, évoque la crise de la gauche, la crise du PS. Il répond aussi aux critiques de la droite et du centre.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

Droit de Mourir dans la Dignité : Jean-Luc Romero est annoncé à Nevers

17/05/2017 22:07Lu 1377 foisImprimer l’article
Jean-Luc Romero, Président de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité, Auteur du livre Ma mort m'appartient ! (éditions Michalon) et de SurVivant ? mes 30 ans avec le sida (éditions Michalon) paru le 17 novembre 2016, sera à Nevers, le mardi 23 mai, à 17h30, il présidera une réunion publique de l'ADMD (Salon Monsigny ? Mercure Nevers Pont de Loire ? Quai de Médine ? Nevers).
 
«2017-2022 : Pour une loi visant à légaliser l'euthanasie et le suicide assisté et à assurer un accès universel aux soins palliatifs»
 
Après la promulgation le 2 février 2016 de la proposition de loi Claeys/Leonetti, rédigée en dépit des attentes des Français,
des conclusions du Jury citoyen réuni par le Comité consultatif national d'éthique et de la promesse faite par le précédent président de la République en 2012,
il est plus que jamais nécessaire d'offrir aux Français une loi de liberté, une loi du choix, plaçant le patient au c?ur de toute décision médicale de fin de vie.
La « nouvelle » loi de sédation, de dénutrition et de déshydratation n'est rien d'autre qu'un ripolinage consensuel, inhumain et hypocrite de la loi du 22 avril 2005 et du décret du 29 janvier 2010.
Rien d'autre? et surtout pas une loi de liberté puisque la volonté du patient ne sera toujours pas respectée, les directives anticipées ne devenant opposables que sous conditions !