mardi 12 novembre 2019

Au cœur du Golf d’Avoise, votre restaurant «L’Albatros» est ouvert à tous !

Nouveaux gérants - nouveau Chef de Cuisine

Ouverture exceptionnelle Lundi 11 Novembre midi

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
Le leader de l’opposition, qui avait échoué de peu en 2014, sera bien à nouveau candidat. Sa liste et son projet seront dévoilés en janvier. Mais Charles Landre a déjà donné quelques pistes dans une interview à creusot-infos.
«Un projet neuf et des pratiques nouvelles»
«L’élection sera le statuquo ou innover»
«Il faut rendre la ville attractive»
«Les quartiers ont besoin d’une action humaine»
1er vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des transports, Michel Neugnot réagit au mouvement à la SNCF, revendiqué «droit de retrait» qui a privé de trains TER des milliers de voyageurs vendredi et qui s’est poursuivi…
«Tout est fait pour que la sécurité soit assurée»
«Sur un Dijon – Nevers pas question de supprimer les contrôleurs»
«Dans les Ardennes c’était un accident de la route»
«C’est un mauvais procès de dire qu’il y avait une situation d’insécurité faute de contrôleurs»
Dans une interview à creusot-infos il parle du Mondial au Japon, de l’équipe de France, du Top 14, du rugby trop violent et du Creusot.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

Décès de Jacques Chirac : De nombreuses réactions

26/09/2019 23:47Lu 2664 foisImprimer l’article
ACTUALISE

Le Président Jacques CHIRAC, une part de nous-même
Ce matin, de nombreux acteurs régionaux et locaux étaient réunis à Autun pour travailler au futur Contrat de Transition Ecologique proposé par le Gouvernement et porté par la Communauté de Communes du Grand Autunois Morvan, quand la nouvelle est tombée : le Président Jacques CHIRAC est mort.
Chacun, quelle que soit sa sensibilité politique, s’est senti immédiatement concerné et une minute de silence nous a tous réuni.
Pour nos générations, c’est cela Jacques CHIRAC : une part de nous-même, une sympathie naturelle, un parcours qui a traversé nos vies.
Et chacun de se rappeler « son » Jacques CHIRAC  : le « fils politique » de Georges POMPIDOU, le Ministre de l’Agriculture, le Premier Ministre qui a soutenu Simone VEIL, le fondateur du RPR, le Maire de Paris, l’homme de culture et des arts premiers, le bon vivant, le Premier Ministre de la première cohabitation, le vainqueur de la Présidentielle malgré Edouard Balladur, le Président de la République élu et réélu face à Le Pen, le Chef de l’Etat qui a évité à la France de s’engager dans une guerre injuste en Irak et, en même temps, le premier homme d’Etat étranger à New-York au lendemain du 11 septembre pour soutenir le peuple Américain ; le Président qui recadre le service de sécurité israélien à Jérusalem, qui soutient l’équipe de France de football pour sa première victoire en Coupe du Monde ou participe à un combat de sumos ; celui du discours des Nations-Unies sur les enjeux majeurs en matière d’environnement, sur la « maison qui brûle »,...


C’est tout cela Jacques CHIRAC, un mélange d’autorité et de générosité, de radicalité et de radicalisme, un français parmi les français, un homme d’Etat qui nous ressemble et une profonde humanité.
A sa famille, à ses proches, nos très sincères condoléances, avec une pensée particulière pour son épouse, ses filles, son petit-fils bien sûr, mais aussi pour Jean-Louis DEBRE, fidèle parmi les fidèles, qui doit ressentir un vide immense aujourd’hui.
Rémy REBEYROTTE
Député de Saône-et-Loire


«Tristesse à l’annonce du décès du président Chirac. Ancré dans les territoires, il avait su créer une proximité particulière avec les Français. Sur la scène internationale, il avait le souci de défendre la France avec pugnacité et courage. Sincères condoléances à sa famille.»
François Patriat
Sénateur de Côte-d'Or, ancien ministre


Avec la disparition de Jacques Chirac, le paysage politique de ces 40 années perd l’une de ses figures emblématiques.
Il a été un adversaire politique de la gauche, mais j’ai toujours profondément respecté son attachement viscéral à la République, à la France et aux Français.
Il restera pour moi celui qui a reconnu la responsabilité de l’État français dans la déportation des juifs au cours de l’occupation par l’Allemagne nazie, et celui qui s’est opposé à la guerre en Irak par la voix de son ministre Dominique de Villepin à l’ONU.
Son hommage au Président François Mitterrand, lors de la mort de celui-ci, a montré qu’il était un homme de cœur, et son action en faveur des Arts premiers, concrétisée par la création du musée du quai Branly qui porte son nom, que c’était un homme de culture.
J’adresse à sa famille mes plus sincères condoléances.
François Rebsamen
Maire de Dijon, ancien ministre


Jacques Chirac, un président profondément humain
Avec la mort de Jacques Chirac c’est tout un pan de l’histoire de la Vème République qui disparaît mais surtout un président qui sut tisser un lien particulier avec les français.
Jacques Chirac conduisit sa vie politique en homme d’État avec une conscience aigue de l’intérêt de la Nation, un respect absolu des institutions et une vision de la place et du rôle de la France dans le monde.
Il fût ainsi le dernier à s’engager sans relâche pour la francophonie et à porter une politique étrangère courageuse en refusant notamment l’intervention en Irak en 2003. En 2002 il alertait déjà sur l’urgence environnementale en prononçant un discours célèbre dont le monde devait retenir cette formule  malheureusement plus que jamais d’actualité: «Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ». Toujours attentif aux équilibres mondiaux il défendit en 2004 une forme de taxe Tobin pour financer le développement. Son amour sincère des peuples l’amena à cultiver un respect équivalent à l’égard de tous les pays, fussent-ils de taille modeste ou très éloignés des intérêts stratégiques de la France et à se battre pour les civilisations menacées. Nous garderons d’ailleurs en héritage le magnifique « Musée des arts premiers », quai Branly à Paris.
Gaulliste après avoir distribué dans sa jeunesse, l’Humanité, il conserva de cet héritage une conscience de justice et d’équité qui structura son action. Son sens des institutions lui fit d’ailleurs respecter le vote des français lors du référendum sur l’Europe en 2005 malgré son engagement personnel sur la question. Une position que nous pouvons regarder aujourd’hui pour ce qu’elle est, la marque du respect de l’expression populaire.
Il fut surtout le tenant d’une France sociale, le défenseur inlassable des campagnes et un amoureux sincère de la France et des Français.
Jacques Chirac incarna un élan et un espoir, celui de l’unité du pays mais surtout d’être représenté par un président proche des français, profondément humain et avec un sens de la formule à nul autre pareil.
Quoi qu’on puisse penser de son action et du bilan de ses mandats il sut être le président de tous les français.
S’il est une image que nous garderons de lui c’est celle d’un président d’une grande humanité.
Charles Landre


La Ligue des droits de l’Homme (LDH) s’incline devant la mémoire de l’ancien président de la République, Jacques Chirac. Celui-ci s’était rendu au congrès du centenaire de la LDH. Au-delà des profondes divergences politiques qu’elle a entretenues avec lui, la LDH salue l’homme de culture et son engagement en faveur des droits des femmes, pour l’abolition de la peine de mort et le combat contre le racisme. La LDH relève en même temps son action en faveur de la paix dans le monde notamment son refus de la guerre en Irak.
La LDH présente ses sincères condoléances à sa famille et à ses proches.