dimanche 08 décembre 2019

Du Jeudi 5 au Samedi 21 Décembre

Grand Jeu de Noël avec de nombreux lots à gagner* (rosette, jambon cru, terrines maison, pâté en croûte)

Pensez à réserver dès maintenant vos repas de fin d’année

Pour Noël avant le 14 décembre et pour la Saint Sylvestre avant le 21 décembre

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
Responsable de «Services Dispen», Saïd Haddoudi répond aux questions de creusot-infos sur une activité maintenance en plein développement. Il annonce 12 embauches en 2020.
Budget, emploi, chômage, pouvoir d’achat, réforme des retraites, grève à la SNCF… Rémy Rebeyrotte s’est prononcé sur une multitudes de sujets au cours d’un point presse.
Né au Creusot, Gilles Lagarde dont les parents sont à Saint-Jean de Trézy, occupe la fonction prestigieuse de Directeur de Cabinet du Président du Sénat, le 2ème personnage de l’Etat.
Gilles Lagarde a accordé une longue interview à creusot-infos. Il parle de sa fonction, du Président Larcher et du Sénat, mais aussi de la Saône-et-Loire et du Creusot.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

Bruno Le Maire : «Il faut que le travail retrouve sa place cardinale en France»

17/07/2018 03:11Lu 2559 foisImprimer l’article
Le Ministre, en s’adressant aux acteurs économiques de Saône-et-Loire, a dit combien il compte sur eux pour démocratiser l’intéressement, qui ne sera plus taxe, pour encourager au travail.«Il faut que chaque salarié puisse dire ça va mieux, parce que je bosse» a lancé Bruno Le Maire aux patrons.
C’est dans les salons de l’Hôtel Kyriad, que Bruno Le Maire a rencontré, lundi après-midi, des acteurs économiques de Saône-et-Loire, au premier rang desquels Michel Suchaut, président de la CCI de Saône-et-Loire, en présence de Jean-Claude Lagrange, vice-président du Conseil Régional, en charge de l’économie et évidemment des élus qui l’avaient accompagné dès son arrivé.
 Le Ministre a délivré un certain nombre de messages avant de répondre à une série de questions.


«On veut traiter le problème du chômage avec méthode», a tout d’abord lancé Bruno Le Maire. Après avoir détaillé les premières mesures prises depuis l’élection d’Emmanuel Macron, il a annoncé la nouvelle étape, notamment pour répondre à la problématique des PME qui ont du mal à recruter et à grandir.
«Avec André Accary, on a rencontré des patrons qui nous ont dit qu’ils ne voulaient pas embaucher à cause des effets de seuil. On va supprimer le seuil des 20 salariés. Comme cela vous ne paierez pas en plus.
Nous allons permettre le financement des entreprises. On va aussi s’attaquer au dossier de la transmission. La faciliter, pour que l’entreprise soit reprise à la fin de votre carrière», a affirmé le Ministre. Et de poursuivre :
«Ce n’est pas parce qu’on soutient les PME, que l’on n’aide pas les salariés. Il ne faut pas d’un côté des gagnants et de l’autre côté des perdants. C’est parce qu’une entreprise va bien que les salariés se portent bien. L’un va avec l’autre. Ce n’est pas les chefs d’entreprises contre les salariés. Ce que je veux c’est que les salariés soient davantage concernés, avec l’intéressement. On supprime le forfait intéressement qui était de 20% de taxes. Pour l’Etat c’est un effort de près de 500 millions.
Il faut que chaque salarié puisse dire à la fin du mois ça va mieux, parce que je bosse. Il faut que le salarié ait droit à sa part de bénéfices. C’est une question de respect. Il faut que le travail retrouve sa place cardinale en France.
L’intéressement ça dépend de vous !
La troisième étape de notre politique, à savoir l’exonération sur les heures supplémentaires, sera essentielle. Les salariés se diront le travail ça paye».

D'une question à l'autre...


Délais de paiement…
«J’ai pris un engagement. L’Etat verse 20% à la commande, contre 5% auparavant. Pour l’Etat ce n’est pas considérable, mais pour les entreprises c’est extrêmement important»

Impôts à la source. Qui va payer le surcoût à payer pour les comptables ?
Bruno Le Maire : «Je suis vigilant pour que l’impact soit le moins important pour les entreprises. Vous ne serez pas responsables devant les tribunaux. On va regarder de près la question des coûts.

Evolution de la TVA
«Moi je crois à la stabilité fiscale. Quand on touche, ça crée des perturbations et cela perturbe le marché. On a écarté la hausse de la TVA pour la restauration et pour le bâtiment».

«Trop de chômeurs» et «du mal à recruter»
«C’est l’enjeu numéro un de l’économie en France. On a besoin d’une vision lointaine. Les entreprises qui innovent pas sont condamnées à mourir. Il faut grandir et prendre du muscle. Les impôts doivent baisser pour les particuliers comme pour les entreprises. On va baisser l’impôt sur les sociétés de la façon la plus importante des 25 dernières années. La plus grande question en France est éducative. On a inculqué des idées fausses à nos enfants sur l’apprentissage, sur le technique, sur l’industrie».

Comment embaucher dans la restauration ?
«Saisissez vous des nouvelles mesures. Valorisez la filière professionnelle dès la 3ème. On traite le problème en réglant les difficultés. J’assume de demander un effort aux retraités au bénéfice de ceux qui travaillent, qui payent les cotisations, pour qu’ils soient mieux payés».

Difficultés de recrutement et petits salaires
«Si on augmente le SMIC de 20%, comme le demandent mes anciens amis des Républicains, c’est une explosion du chômage. Le dire c’est très mauvais. Le discours de volontarisme n’est pas facile à tenir. Quand j’entends dire qu’il faut augmenter la dépense publique, je dis non. On a besoin de produire plus.  2018 ce sont 15 points de richesse en plus en Allemagne, par rapport à la France».

Travail au noir légal...
«On a augmenté les créations d’entreprise de 15%. Moi je vous dis parlez à votre Député pour qu’il fasse des propositions».

Irlande : 12,8% d’impôts sur les sociétés
Bruno Le Maire : «Le dumping fiscal ne peut pas être l’avenir de l’Europe. On va se battre sur les GAFA et on y arrivera».

Airbnb
BrunoLe Maire : «On a commencé à s’attaquer au sujet. IL faut que les règles soient les mêmes. L’Hôtellerie restauration c’est plus d’un million d’emplois directs.
Je veux trois choses : Des engagements sur l’emploi. Utilisez les dispositifs d’intéressement. Continuez sur le développement durable et le recyclage des déchets».

Alain BOLLERY
avec Nicolas AKCHICHE