jeudi 19 septembre 2019

Offre «Foire»

-15% sur les portails et leur motorisation*

-5% sur les portes de garage**

Hall 3 – Stands 85/87/89

Édito
Les résultats des élections européennes ont confirmé qu’il convient de se méfier de plus en plus des sondages. Jean-Luc et Laurent faisaient la gueule dimanche soir, mais ils n’étaient pas les seuls.
Questions à...
Le lundi 9 septembre 2019 restera dans l’histoire pour l’Hôtel-Dieu du Creusot, avec la première intervention chirurgicale réalisée avec le robot chirurgical, le 1er de Saône-et-Loire.
Le Docteur Jean-Philibert Combier a réagi dans une interview exclusive à creusot-infos.
«Le robot ne remplace pas le chirurgien. Il exécute ses gestes. C’est un progrès considérable»
«C’est capital pour recruter de jeunes médecins»
«Le Maire du Creusot a eu une vision d’avenir et de progrès sur ce dossier stratégique»
Vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des lycées et de l’apprentissage, Stéphane Guiguet détaille l’implication de la Région en matière d’investissements, mais aussi pour «le pouvoir d’achat des lycéens et de leurs familles».
Le conseil départemental est mobilisé pour les Collèges. C’est que ce le Président André Accary a annoncé, ce jeudi matin, à Montchanin, où il a fait sa rentrée des classes.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

Bourgogne – Franche-Comté : Stéphane Guiguet confirme que «la gratuité des livres» est inscrite dans le marbre

28/06/2019 10:23Lu 1551 foisImprimer l’article
Le vice-président en charge des Lycées a aussi annoncé que la Région sera aussi au rendez-vous numérique.
François Sauvadet s’est réjoui, même s’il s’est posé des questions et a demandé un rapport, avec une passe d’arme avec Jérôme Durain.
La gratuité des manuels scolaires était à l’ordre du jour ce vendredi matin au Conseil Régional. Ainsi que Marie-Guite Dufay l’avait annoncé dès mercredi dans sa conférence de presse à Belfort, cette gratuité sera bien maintenue en Bourgogne – Franche-Comté.
Il faut le rappeler, c’est Philippe Baumel qui l’avait fait voter sous la présidence de François Patriat.
Aujourd’hui quand on parle de gratuité des livres, il faut aussi parler de gratuité des ressources pédagogiques, car le numérique est appelé à gagner des parts de marché face aux livres en papier. Tout le monde l’a compris. Tout reste à savoir quand et comment. La Région a décidé elle de commencer à s’engager sur la voie. Mais avec pour principe de respecter les choix des lycées et des équipes pédagogiques. Il s’agit plus d’accompagner que d’imposer. Et c’est louable.
Ce vendredi matin, c’est Stéphane Guiguet qui a expliqué le sens de l’amendement qui a été voté. Il sacralise la gratuité. Mais surtout il a été confirmé que la réforme des lycées décidée par Jean-Michel Blanquer sera sans «surcoût» pour les lycéens. Puisque la Région va ajouter 40 euros aux 20 euros qu’elle mettait déjà pour les livres des lycéens de Bourgogne – Franche-Comté.

Stéphane Guiguet

Vice-Président en charge des lycées
L’objet de l’amendement c’est de rajouter les ressources numériques. Maintenant on n’est pas sur la gratuité des livres, mais les ressources pédagogiques. Les ressources numériques sont de plus en plus présentes.
Le manuel n’est plus l’Alpha et l’Omega des ressources..
Il y a la réforme qui a pénalisé les éditeurs. Si on n’a pas pris de décision immédiatement, c’est que nous n’avions pas tous les éléments.
Il y a deux mois ce n’était clairement pas un sujet. On a eu un rapport du CESER, des réunions techniques dans chacun des départements. Des compte rendus des conseils d’administration. Les recteurs ont demandé des remontées d’informations.
Il fallait voir ce qui était important et ce qui était prioritaire. Nous devons répondre aux besoins des établissements, investir oui, mais ne pas nous retrouver avec des piles de manuels qui ne servent à rien.
Notre principe c’est la gratuité. Nous devons assurer l’indépendance des établissements. Pour faire clair, des régions avaient pris des décisions à la fin avril. L’Ile de France a demandé d’opter pour le tout numérique ou le tout papier. C’est une vraie erreur.
On sent bien que dans deux ou trois années, les régions seront sur notre ligne, avec un mix entre livres papier et numérique.
Dès 2019 nous voulons avancer, avec un environnement numérique de travail. Nous souhaitons sanctuariser notre règlement d’intervention, avec 20 euros par élèves.
Nous avons décidé d’attribuer aux élèves de seconde et de 1ère technologique, une dotation supplémentaire de 40 euros. Les élèves auront donc le triplement de leur dotation.
Certains lycées ont décidé de ne pas changer cette année. On respecte leur autonomie et leur décision.
On va donc continuer d’assurer la gratuité des ressources pédagogiques pour les 131 lycées».

François Sauvadet

Président du groupe de la droite et du centre
«Je me réjouis de votre décision d’assurer la gratuité. C’est ce que nous souhaitions. Je partage l’idée du mix entre le manuel et le numérique. Il faudra se poser la question de la mise à disposition. Comment accompagnera-t-on le passage au numérique.
Vous passez de 20 à 60 euros. Le numérique et le papier c’est le bon sens.
Ce dont je veux m’assurer c’est que les élèves puissent être pénalisés par l’évolution. Nous vous demandons un rapport à la rentrée.
Madame la Présidente je voudrai que vous nous assuriez que tous les élèves de Bourgogne – Franche-Comté soient bien dotés».

Marie-Guite Dufay

Présidente
«L’engagement est pris»

Jérôme Durain

Président du groupe de la majorité de gauche
«Je suis un peu agacé. Monsieur Sauvadet vous voulez faire un coup politique. L’administration régionale a autre chose à faire que des rapports. Monsieur Sauvadet, vous avez perdu la partie c’est bon».

François Sauvadet

«Ce n’est pas au niveau débat politique. Je comprends votre agitation Monsieur Durain, vous avez eu des écrits avec des interrogations. Les parents d’élèves n’avaient pas obtenu les assurances que la Présidente vient de donner. Cela concerne 80.000 lycéens. Je vous remercie Madame la Présidente de produire un rapport».

Marie-Guite Dufay

«Vious aurez toutes les précisions en novembre»

Stéphane Montrelay

Rassemblement National
«Madame la Présidente on est content d’avoir un début de réponse, car je rappelle que c’était le Rassemblement National qui était précurseur sur la question.
Ce qui est annoncé c’est un surcoût de 150 euros par élève et nous avons été interpellés par les parents d’élèves de l’école libre. Je voulais juste qu’il n’y ait pas de malentendu et que les familles n’auront rien à débourser».

Marie-Guite Dufay

«On ne sait plus comment dans quelle langue il faut s’exprimer pour que vous compreniez Monsieur Montrelay. Oui le renouvellement va coûter plus. La Région va compenser et ce sera traduit dans la décisions modificative. On travaille avec l’académie. Avec prudence, car des manuels ont été faits trop vite. On est dans une période de transition. N’en profitez pas pour inventer des procès.

Eric Houlley

Vice-président
«Je travaille à mi-temps dans un lycée. Je connais les réformes hâtives et mal pensées. Pour autant nous avons la responsabilité d’assurer de bonnes réformes de travail. Les estimations de la droite et du rassemblement national sont imprécises. Je salue l’effort de la présidente de tripler la participation de la Région par élève. On ne peut plus raisonner en pensant au tout papier».

Loic Niepceron

Majorité
«En 2004, Monsieur Sauvadet, vous étiez vent debout contre la gratuité. Nous l’avions fait sans passer par une carte rechargeable. Le Gouvernement a-t-il concerté les régions ? Non. Aujourd’hui on nous dit il faut acheter des nouveaux manuels qui n’existaient pas. Pour la montée en puissance du numérique, il faudra s’assurer de la bonne gestion de l’argent public»

Lilian Noirot

Debout la France
«Merci d’avoir rappelé notre engagement sur la gratuité. Attention le tout numérique n’est pas la solution. Il viendra toujours en complément. Oui Monsieur Sauvadet a raison de demander un rapport»,

Jean-Philippe Lefèvre

Droite et Centre
«On est dans l’économie du livre et de la pédagogie. On comprend tous que parfois une  réforme accouche d’une petite souris.

Stéphane Guiguet

«Les Régions qui ont fait le choix de tout l’un ou tout l’autre, devront revenir en arrière.
On a travaillé au plus près avec les autorités rectorales. Car nous avons pu prendre les décisions les plus justes.
Nous travaillons au numérique, notamment en ayant augmenté le débit dans tous les établissements».

Alain BOLLERY