mardi 12 novembre 2019

Au cœur du Golf d’Avoise, votre restaurant «L’Albatros» est ouvert à tous !

Nouveaux gérants - nouveau Chef de Cuisine

Ouverture exceptionnelle Lundi 11 Novembre midi

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
Le leader de l’opposition, qui avait échoué de peu en 2014, sera bien à nouveau candidat. Sa liste et son projet seront dévoilés en janvier. Mais Charles Landre a déjà donné quelques pistes dans une interview à creusot-infos.
«Un projet neuf et des pratiques nouvelles»
«L’élection sera le statuquo ou innover»
«Il faut rendre la ville attractive»
«Les quartiers ont besoin d’une action humaine»
1er vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, en charge des transports, Michel Neugnot réagit au mouvement à la SNCF, revendiqué «droit de retrait» qui a privé de trains TER des milliers de voyageurs vendredi et qui s’est poursuivi…
«Tout est fait pour que la sécurité soit assurée»
«Sur un Dijon – Nevers pas question de supprimer les contrôleurs»
«Dans les Ardennes c’était un accident de la route»
«C’est un mauvais procès de dire qu’il y avait une situation d’insécurité faute de contrôleurs»
Dans une interview à creusot-infos il parle du Mondial au Japon, de l’équipe de France, du Top 14, du rugby trop violent et du Creusot.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : Le Printemps de l'Égalité, une première qui en appellera d'autres pour la Région

01/06/2019 03:27Lu 1443 foisImprimer l’article
Le Conseil Régional a mis en avant durant trois mois dix manifestations qui appuient son travail en matière d'égalité homme-femme. À l'occasion de la clôture, Laëtitia Martinez revient sur cette manifestation et sur l'esprit qui anime la région en la matière.
Durant trois mois, en mars, avril et mai, la Région Bourgogne-Franche-Comté a mis en lumière dix manifestations dans le cadre du «printemps de l’égalité». Accès à l’emploi, aux responsabilités, partage des tâches, rémunérations, accès au sport, violences… autant de thématiques abordées de différentes façons, à l’image de la journée des Entrepren’heureuses, au Creusot le 4 avril, ou du débat sur l’accès des hommes aux métiers de la filière sanitaire et sociale, à Besançon le 6 mai.



Le constat ? Seules 2% des rues françaises portent le nom d’une femme, et 84% des maires de France sont des hommes. L’égalité entre les sexes, même si elle a progressé ces dernières années, a encore du chemin à faire. C’est tout le sens donné par le «printemps de l’égalité», une première pour la Région Bourgogne-Franche-Comté.

Pour Laëtitia Martinez, vice-présidente en charge ses sports, de l’égalité et de la citoyenneté, ce printemps de l’égalité a été l’occasion de rappeler les engagements de la Région pour l’égalité homme-femme, mais aussi d’évaluer les progrès, les carences, et d’échanger sur les actions et les ressentis. Elle l’a notamment fait à Dijon à l’occasion de la clôture de ce Printemps de l’Égalité organisé autour de témoignages et de démonstrations sportives au sein même du conseil régional.

«Aujourd’hui, il y a 38% de femmes dans les clubs de Bourgogne-Franche-Comté»


«Quand Marie-Guite Dufay m’a confié les sports, l’égalité et la citoyenneté, j’ai immédiatement voulu prendre la question de la place des femmes à bras le corps, et notamment dans le domaine du sport» explique la vice-présidente, élue du Creusot. «Aujourd’hui, il y a 38% de femmes dans les clubs de Bourgogne-Franche-Comté, contre 34% en 2014».
«Grâce aux obligations prévues par le dispositif régional, on a pu constater que nombre de fédérations ont pu mettre en oeuvre une véritable politique de la place des femmes» se félicite Laëtitia Martinez.

Désormais, les collectivités territoriales qui souhaitent obtenir une aide du conseil régional la voient conditionnée à des mesures concrètes en matière d’égalité. L’accès aux vestiaires et aux douches en est un exemple bien concret, car encore trop souvent un frein à la pratique sportive des femmes. La mixité des vestiaires et des équipements est aujourd’hui une condition imposée pour tout projet d’équipement qui sollicite l’aide du conseil régional, mais pas seulement : «il faut également s’interroger sur l’utilisation des équipements par les femmes, et notamment la question des créneaux qui ne sont parfois pas judicieux» précise Laëtitia Martinez.

«Avec du volontarisme, ont peut faire bouger les choses»


C’est ainsi que la vice-présidente a pu «témoigner de la force de l’action publique» lors de l’échange de clôture. «C’est un travail au long court, mais qui porte ses fruits. Il s’agit aussi de montrer qu’avec du volontarisme, ont peut faire bouger les choses».
C’est aussi ce qu’on montré Chrystel Marcantognini, présidente du Comité Régional Olympique et Sportif Bourgogne-Franche-Comté, Dominique Veyrac, présidente de la ligue d’escrime Bourgogne-Franche-Comté, Floriane Burgy, cycliste participant à l’action «Donnons des Elles au Tour J-1», Gilles Zoppi, président du comité régional de cyclisme de Bourgogne-Franche-Comté, Cyril Berthier, éducateur sportif et chargé de mission à l’Union Pongiste Creusot Varennes (UPCV), Anne Tatu, professeure agrégée d’EPS, docteure en sociologie du sport (genre, quartiers populaires,
migrations), chargée de mission politique sportive de l’Université de Franche-Comté et cheffe du projet de
développement de l'Entente sportive Besançon féminin lors de leurs prises de parole en salle des séances.
Nicolas Richoffer
Photos N.R.