dimanche 15 décembre 2019

Rien n’égale la joie de l’homme qui boit*, si ce n’est la joie du vin d’être bu (Charles Baudelaire)

Ouvertures exceptionnelles Dimanches 15 et 22 Décembre  et Lundis 16 et 23 Décembre de 9h à 12h et de 14h à 19h

Édito
Les cheminots qui, vendredi, ont décidé de ne pas travailler ont délibérément pris en otage les usagers. Les conséquences de ce mouvement n’étaient pas acceptables.
Questions à...
Responsable de «Services Dispen», Saïd Haddoudi répond aux questions de creusot-infos sur une activité maintenance en plein développement. Il annonce 12 embauches en 2020.
Budget, emploi, chômage, pouvoir d’achat, réforme des retraites, grève à la SNCF… Rémy Rebeyrotte s’est prononcé sur une multitudes de sujets au cours d’un point presse.
Né au Creusot, Gilles Lagarde dont les parents sont à Saint-Jean de Trézy, occupe la fonction prestigieuse de Directeur de Cabinet du Président du Sénat, le 2ème personnage de l’Etat.
Gilles Lagarde a accordé une longue interview à creusot-infos. Il parle de sa fonction, du Président Larcher et du Sénat, mais aussi de la Saône-et-Loire et du Creusot.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : La région va apporter 12 millions d'euros pour l'industrie automobile

26/06/2019 14:05Lu 1786 foisImprimer l’article
Le centre mondial de recherche sur les piles à combustibles va se développer à Bavans, à côté de Belfort.
Le groupe PSA va aussi profiter d’une aide importante, pour pérenniser son activité à Sochaux-Montbéliard, en construisant l’usine de demain. Avec des répercussions jusqu’au Creusot.
C’est forcément une très très bonne nouvelle. La Bourgogne – Franche-Comté et plus particulièrement le bassin Belfort – Sochaux – Montbéliard, ont gagné la bataille contre Berlin puis contre Grenoble pour la pile à combustible dans le cadre de la filière hydrogène.


Si on ajoute à cela la décision du Conseil Régional d’apporter un financement majeur pour l’usine du futur de PSA à Sochaux, on mesure que dans une région où l’industrie pèse plus qu’ailleurs, ce sont évidemment des nouvelles très importantes qui viennent de tomber.
Dans la grande toile de l’industrie automobile, ces bonnes nouvelles concernent aussi la région du Creusot et le Sud Bourgogne, et même ses zones limitrophes, si l’on considère la fonderie de sept fons pour les moteurs de PSA, située entre Bourbon-Lancy et Dompierre-sur-Besbre.
Le Creusot est lui directement au cœur de la filière automobile. Avec l’entreprise Jullien qui est un sous traitant privilégié pour les constructeurs automobiles, avec ses fabrications de moules. Mais aussi Industeel, dont les tôles blindées sont aussi utilisées dans la filière.
Marie-Guite Dufay avait donc le sourire ce mercredi matin à Belfort : «Je ne voyais pas de meilleur lieu que celui-ci pour cette conférence de presse. Car à l’ordre du jour de notre assemblée, nous avons un certain nombre de dossiers liés aux mutations de l’automobile. Et ici vous êtes sur la pile à combustible et sur l’hydrogène.
Aujourd’hui on a appris que Faurecia qui était en concurrence avec Berlin, puis avec Grenoble, va être à Belfort pour son centre mondial de recherche. Car les compétences sont ici à Belfort, dans le Nord Franche-Comté.
«Nous avons été sollicités à hauteur de 5 millions, pour un investissement de 100 millions.»
Dans le contexte que nous vivons avec General Electrics, cet investissement et ces perspectives, ça fait du bien. Le lien c’est la compétence. Sur Belfort et GE, il y a des compétences rarissimes, que l’on ne trouve pas ailleurs dans le monde».
La Présidente devait poursuivre : «Sur la question des turbines à gaz, avant de décider que le marché est définitivement perdu, il y a un combat à mener. Certes le marché est cyclique, certes il est atone, mais quand demain les pays énergies devront passer par le gaz, il y aura besoin de turbines».
Autre entreprise majeur du territoire de Bourgogne – Franche-Comté : Peugeot et le groupe PSA. Et Peugeot doit devenir le centre plus performant en Europe. «L’usine va investir 200 millions d’euros, pour assurer l’avenir du site, avec l’usine du futur. Et donc PSA nous demande de l’accompagner.
Derrière il y a des questions redoutables. On ne peut pas tourner le dos à un investissement aussi conséquent. Mais quid de l’emploi ? On sait que les évolutions on ne les maîtrise pas.
Est-ce qu’il y aura le même nombre d’emplois ? On ne sait pas. Mais sans les investissements, le site de Sochaux n’est pas pérenne».
Il y aura une aide  de 7 millions pour les innovations, sur un total de 25 millions apportés par les collectivités et par l’Etat. Peugeot va aussi céder des terrains.
«On a travaillé un protocole d’accord avec PSA. Il va être soumis à l’assemblée. PSA va nous céder le terrain et doit s’impliquer sur son futur usage.
PSA doit aussi s’impliquer sur la sécurisation professionnelle. Il ne faut pas se séparer de salariés qui ont besoin de monter en qualité. La Région peut s’impliquer pour la formation», devait ajouter la Présidente de Région.
Concernant l’industrie du futur, «nous sommes en retard sur la numérisation et la digitalisation. Nous avons un appel à projets soutenu par l’Etat», a encore dit Marie-Guite Dufay.
Alain BOLLERY 
et Nicolas RICHOFFER


Pour le bio

«On va signer un contrat de filière avec la filière bio. C’est une agriculture vertueuse qui permet de s’inscrire dans les bouleversements climatiques. Il y a un très bon travail avec la chambre régionale d’agriculture. Cela va dans le bon sens».

Alstom attend des réponses

«L’hydrogène, c’est la concrétisation de notre grande région. Tout le monde a travaillé ensemble pour une vraie filière, notamment sur la pile à combustible. Alstom attend les réponses de quatre régions, dont celle de Bourgogne – Franche-Comté. D’ici la fin de l’année on présentera un plan complet de structuration.
Je rappelle qu’on va avoir des bus qui roulent à l’hydrogène. Mais aussi des trains. Le premier sera dans l’Yonne».

Plus pour transition énergétique

«Concernant les finances, on tient nos engagements. Dans notre prochain budget, il faudra accélérer pour la transition énergétique. Mais il faut que les politiques de l’Etat soient cohérentes avec les nôtres. Nous on fait du qualificatif, pour que les passoires énergétiques soient derrière nous».