lundi 18 juin 2018
Édito
Le héros de la finale de 98 est maintenant triplement dans la légende.
Questions à...
Les rendez-vous d’été seront lancés avec un spectacle très aérien. Avec aussi un nouveau lieu de programmation.
L’adjoint à la culture parle aussi de l’avenir de L’arc, de la mise en lumière du Château de la Verrerie, du projet d’installations de boites à livres.
30 associations écologistes ont fait du lobbying auprès de lui, mais Rémy Rebeyrotte n’a pas cédé aux pressions vertes sur la question du glyphosate et il s’en explique avec force d’arguments.
Le Député n’hésite pas à prendre le désherbant pour nettoyer les arguments de la nouvelle gauche sur les dotations de fonctionnement. Il parle aussi des accords possibles pour les municipales de 2020 avec un peu d’engrais pour le Grand Autunois Morvan…
Sans oublier les poules, les abattoirs, le bois et les rodéos…
Le 1er vice-président du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté, dans une interview exclusive, revient sur la convention TER entre la Région et la SNCF, qui a ébranlé le groupe de gauche.
Il justifie le retrait de l’article 19 sur l’ouverture à la concurrence. Il évoque aussi le «baiser qui tue» de François Sauvadet en dénonçant sa posture et celle de la droite.
Écouter, lire, voir
> BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE > Bourgogne - Franche-Comté

AGRICULTURE : La Coordination Rurale interpelle Stéphane Le Foll

25/07/2016 22:55Lu 1378 foisImprimer l’article
Lettre Ouverte à Stéphane LE FOLL,
ministre de l'Agriculture

Objet : Consensus pour une régulation de la production de viande bovine

Monsieur le ministre,
La Coordination Rurale réclame pour les agriculteurs - dont ceux de viande bovine -  une RÉGULATION des productions et des marchés à l'échelle européenne depuis des années.

Aujourd'hui cette proposition trouve enfin un écho favorable de la part des autres syndicats agricoles.
En effet, la Coordination Rurale est heureuse d’observer qu'à l'approche de la table ronde sur la viande bovine que vous organiserez demain, les trois principaux syndicats agricoles français semblent avoir trouvé un consensus concernant l’orientation à prendre pour sortir de la crise qui touche le secteur bovin viande, en communiquant chacun à leur tour leur demande de RÉGULATION.
Dans une lettre qui vous a été adressée le 20 juillet dernier, la Confédération Paysanne vous indiquait notamment que, selon elle, « en rénovant la PAC, il faut mettre en place des mesures de maîtrise de la production et de régulation des marchés ».
Des responsables syndicaux parmi les plus libéraux revendiquent eux aussi des prix à la production et une véritable régulation. Le 19 juillet dernier la FNB mentionnait ainsi dans l’un de ses communiqués qu’elle souhaitait qu’une « régulation et une structuration qualitative du marché de la viande bovine se mettent en place ».
Aujourd’hui, les éleveurs sont l’éternelle variable d’ajustement, la situation est catastrophique, la PAC prouve de jour en jour sa nocivité et malgré tout, les propositions des professionnels du métier ne semblent trouver aucun écho du côté des responsables  politiques. Les réunions ne servent à rien si vous ne faites qu’entendre les propositions des agriculteurs, sans les appliquer en suivant.
Même si la notion de régulation varie d'un syndicat à l'autre, la Coordination Rurale estime qu'il serait regrettable de ne pas saisir cette opportunité pour construire une proposition française et la défendre auprès de l'Union Européenne. C’est pourquoi nous vous demandons de vous impliquer totalement dans ce dossier, qui constitue, bien plus qu'une table ronde ou que des aides d'urgence, un véritable espoir pour les éleveurs de bovins viande.
Certains de l’attention que vous porterez à ce courrier et dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d'agréer, Monsieur le ministre, l'expression de notre haute considération.
Bernard LANNES
Président national de la Coordination Rurale

A propos de la Coordination Rurale
La Coordination Rurale est le seul syndicat agricole représentatif indépendant de toute organisation économique et politique qui défend tous les agriculteurs. Ses responsables sont des bénévoles vivant de leur ferme. Présente sur tout le territoire et à la tête de 4 Chambres d’agriculture, la CR se bat pour une PAC équilibrée, contrat entre agriculteurs et citoyens, les premiers garantissant la sécurité alimentaire des seconds en échange de prix rémunérateurs.